Anthroponymes franciques dans les noms de lieux

De Wikimanche

De nombreux de toponymes et plusieurs hydronymes de la Manche sont formés d'un nom de personne d'origine germanique continentale (francique) parfois employé seul, mais le plus souvent combiné avec d'un autre élément. Ce dernier est généralement un appellatif évoquant la nature du lieu; l'un des plus fréquents est l'élément -ville, évoquant initialement un domaine rural.

Origine

Ces noms peuvent correspondre à trois situations différentes :

  • L'anthroponyme a effectivement été porté par un personnage d'origine ethnique germanique, dont le nom s'est fixé assez tôt dans la toponymie. Ce cas est relativement rare, et limité à un certain nombre de formations en -(I)ACU, tardives mais cependant antérieures au 7e siècle. Cependant, déjà à cette époque, l'emploi de noms germaniques en Gaule commence à correspondre à une mode anthroponymique progressivement adoptée par les populations locales.
  • Dans la très grande majorité des cas, il s'agit d'une trace de ce dernier phénomène : les anthroponymes d'origine germanique sont portés, en tant que noms individuels, par une proportion croissante de la population locale. Celle-ci atteint plus de 90% au 9e siècle, comme en atteste par exemple le polyptyque d'Irminon [1]. Il est donc normal d'en trouver très souvent dans les noms de lieux, mais dans ce cas, ils ne dénotent aucune origine ethnique particulière. La proportion de noms individuels d'origine germanique commence à décliner à partir du 11e siècle, époque à laquelle s'amorce le développement du culte des saints et des noms de baptême inspirés par ces derniers. C'est à cette deuxième catégorie qu'appartiennent la plupart des toponymes en -ville cités ici.
  • À partir du 13e siècle, les noms de famille commencent à se fixer en Normandie; cette nouvelle situation est généralement stabilisée à la fin du 14e siècle. Il n'est pas étonnant de constater que beaucoup d'entre eux, issus d'un nom de baptême de type germanique, passent ainsi dans le stock patronymique normand. Un nombre moins important mais néanmoins conséquent de toponymes plus tardifs est formé sur de tels noms de famille, qui bien sûr ne dénotent pas plus une origine ethnique franque que les précédents.

Forme

Les noms germaniques médiévaux sont le plus souvent composés de deux éléments significatifs ou référentiels. Ils n’ont généralement pas de sens global [2], mais sont formés plus ou moins mécaniquement à partir de ces éléments dont nous donnerons séparément la traduction ci-dessous. Ces derniers puisent en particulier dans les champs lexicaux de la guerre et de la bravoure, des croyances et des traditions, etc. Ainsi, un nom d'origine germanique tel que Guillaume est issu de Willhelm, combinaison des éléments will- « volonté » et -helm « casque, heaume; protection ».

Dans leur usage oral courant, ces noms étaient souvent abrégés et employés sous formes d'hypocoristiques, généralement formés à partir du premier élément (plus rarement du second) et d'une terminaison particulière : ainsi, un personnage nommé Willhelm pouvait familièrement être appelé Willo (formé sur Will- + terminaison -o). Dans certains cas, la formation de l'hypocoristique est accompagnée d'une gémination expressive (redoublement) de la dernière consonne : ainsi Boto, formé sur l'élément bot- < bod- « messager », a pour variante Botto. Ces noms étaient à leur tour susceptibles de recevoir divers suffixes diminutifs, d'où par exemple, sur Willo : Willin (Will-in), Williko (Will-ik-o), Willizo (Will-iz-o), etc.; sur Boto : Botilin (Bot-il-in), Botizo (Bot-iz-o), etc. [3].

Il existe par ailleurs une (très) petite proportion de noms constitués d'un seul élément, que l'on ne retrouve pas employé en combinaison avec d'autres. Leur forme est identique à celle des hypocoristiques dont il vient d'être question; ces noms peuvent eux aussi recevoir des suffixes diminutifs.

Attestations

La liste qui suit recense les noms de personne constitutifs de toponymes et hydronymes de la Manche dont l'origine linguistique est attribuée, parfois de manière hypothétique ou alternative (et notée ici par un point d'interrogation), au germanique continental (francique), quelle que soit l'identité ethnique de son porteur. Les discussions à ce sujet, lorsqu'elles se justifient, se trouveront dans les articles correspondants, tout comme le développement de l'étymologie, qui n'est ici qu'esquissée.

  • avec adal- « noble; race noble, lignée », forme courte ad-, forme évoluée aal- > al- :
    • Addo (masc.) ou Adda (fém.), hypocoristiques formés sur ad- : Addeville.
    • Azzo (masc.) ou Azza (fém.), formes contractées et évoluées d’Adizo / Adiza, diminutifs d’Ado / Ada, hypocoristiques formés sur ad- : Azeville.
    • Almod, forme évoluée d'Adalmod, combinaison des éléments adal- + -mod « cœur, courage; état d'âme » [4] : Aumeville-Lestre.
  • avec ag- « fil de l'épée » ou peut-être « craindre » :
    • Ago, hypocoristique formé sur ag- : Agon (?).
  • avec aid-, forme mutée et évoluée et- « bûcher; feu, incendie » :
    • Etrad, combinaison des éléments et- + -rad « conseil » : Helleville (?; cette explication n'est pas la plus probable).
  • avec ald- « vieux », forme mutée alt- :
  • avec angil-, « Angle » (nom de peuple germanique) ou élargissement de ang- « pointe, lance » :
    • Angilgari, combinaison des éléments angil- et -gari « lance » : La Chapelle-Enjuger (?).
  • avec awi-, de sens discuté et incertain.
  • avec bald- « hardi, audacieux » :
    • Baldo, hypocoristique formé sur bald- : Beaudebec (?).
    • Baldhari, combinaison des éléments bald- + -hari « armée » : Baudre (?); Baudreville.
    • Baldwin, combinaison des éléments bald- + -win « ami » : La Chaise-Baudouin.
  • avec bek- « bec », probablement emprunté au latin beccus :
    • Bego, variante de Beco, hypocoristique formé sur bek- : Bion (?).
  • avec berht- « brillant » :
  • avec ber- « ours », forme fléchie bern- :
    • Berno, hypocoristique formé sur bern- : Besneville.
    • Berin, diminutif de Bero, hypocoristique formé sur ber- : Bérigny (?).
    • Berwin, combinaison des éléments ber- + -win « ami » : Beuvrigny (?).
    • Bernwin, combinaison des éléments bern- + -win « ami » : Biniville.
    • Bernwulf, combinaison des éléments bern- + -wulf « loup » : Cambernon (?).
  • avec bod- « messager », forme mutée bot- :
    • Botto, hypocoristique formé sur bot- : Boutteville.
    • Buto, variante de Boto, formé sur bot- : Buais (?).
    • Bodhari, combinaison des éléments bod- + -hari « armée » : Bourey.
  • avec boi-, radical emprunté au nom de la tribu celtique des Boiens :
  • avec blad- « feuille; lame (de l'épée) », ou peut-être « souffle; force, prospérité » :
    • °Bladwulf, combinaison des éléments blad- + -wulf « loup » : Blosville (?).
    • Bladin, diminutif de Blado, hypocoristique formé sur blad- : Blainville-sur-Mer (?).
  • avec bol- « ami, frère » :
    • Bolso, forme contractée de °Bol(l)izo, diminutif de °Bol(l)o, hypocoristique formé sur bol- : Blosville (?).
  • avec bos- « mauvais » :
  • avec burg- « lieu fortifié, refuge », forme mutée burk- :
    • Burchari, combinaison des éléments burk- + -hari « armée » : Brucheville.
  • avec cald- « froid, frais », forme évoluée cold- :
  • avec dan- « Danois » :
    • Dan(n)o, hypocoristique formé sur dan- : Denneville.
  • avec dod-, radical expressif diversement expliqué :
  • avec drag- « porter, supporter » :
  • avec drut- « fort; violent », forme mutée trud- :
    • °Trot(t)o, variante possible de Tr(u)odo, hypocoristique formé sur trud- : Trottebec (?).
  • avec ed-, forme mutée et- « serment » :
    • Etrad, combinaison des éléments et- + -rad « conseil » : Helleville (?; cette explication n'est pas la plus probable).
  • avec era- « gloire, honneur », forme fléchie erin- :
    • Eringardis, combinaison des éléments erin- + -gard « enclos, jardin » : Hérenguerville.
  • avec fara- « voyage; se déplacer », puis « terrain occupé par une famille en déplacement; famille » :
    • Far(a)man, Fariman, combinaison des éléments fara- + -man « homme » : Fermanville (?).
  • avec frid- « paix » :
    • Frido, hypocoristique formé sur frid- : Fresville.
  • avec fulk-, folk- « peuple » :
    • Fulkhard, combinaison des éléments fulk- + -hard « dur, fort » : Foucarville.
  • avec fulla- « plein » :
    • Fullo, hypocoristique formé sur full- : Folligny (?).
  • avec gad(i)-, forme mutée gat(i)- « ensemble » :
    • Gatto, hypocoristique formé sur gat(i)- : Gatteville.
  • avec gal(a)- « chanter » :
    • Galin, diminutif de Galo, hypocoristique formé sur gal(a)- : Grenneville (?).
  • avec gair-, forme évoluée ger- « lance » :
    • Gero, hypocoristique formé sur ger- : Gerville-la-Forêt (?); Gréville-Hague.
    • Gerin, diminutif de Gero, hypocoristique formé sur ger- : Ger (?).
    • Gerhard, combinaison des éléments ger- + -hard « dur, fort » : Gratot.
    • Gerold, combinaison des éléments ger- + -old < -wald « puissance; gouverner » : Grosville.
  • avec gaut- « Got (nom de peuple germanique) », forme évoluée gauz- > gaus-, variante gaucio- > gois- (forme contaminée par le latin gaudium « joie ») :
    • Gaucioberht > Goisbert, combinaison des éléments gaucio- > gois- + -berht « brillant » : Gouberville; Gourbesville (?).
    • Gausberht, combinaison des éléments gauz- > gaus- + -berht « brillant » : Gourbesville (?).
  • avec gib- « don; donner » :
    • Gibwald, combinaison des éléments gib- + -wald « puissance; gouverner » : Geffosses (?).
  • avec gid- « chant » :
    • °Gido, hypocoristique formé sur gid- : Giéville.
  • avec gisal- > gisl- « otage » :
    • Gislin, diminutif de Gislo, hypocoristique formé sur gisl- : Le Guislain (?).
    • Gisleberht < Gisalberht, combinaison des éléments gisal- + -berht « brillant » : Guilberville (?).
    • Gislewin < Gisalwin, combinaison des éléments gisal- + -win « ami » : Le Guislain (?).
  • avec glad-, forme mutée glat- « joyeux, allègre » :
    • °Glatto (?), hypocoristique formé sur glat- : Glatigny (?).
  • avec god- « dieu » :
    • Godo, hypocoristique formé sur god- : La Gohannière; Gouville-sur-Mer (?).
    • Godilo (masc.) ou Godila (fém.), diminutifs de Godo / Goda, hypocoristiques formé sur god- : Golleville (?).
    • Godafrid, combinaison des éléments god- + -frid « paix » : La Godefroy.
    • Godulf < Godwulf, combinaison des éléments god- + -wulf « loup » : Gouville-sur-Mer.
  • avec gol- « saluer » (?) :
    • Gol(l)o, hypocoristique formé sur gol- : Golleville (?).
  • avec gras- « herbe », forme mutée cras- :
    • °Crasso, possible hypocoristique formé sur cras- : Crasville (?).
  • avec grim- « féroce, cruel, furieux » :
    • Grimulf < Grimwulf, combinaison des éléments grim- + -wulf « loup » : Grimouville.
  • avec grip- « saisir, s'emparer de » :
    • °Grippo, hypocoristique formé sur grip- : Le Grippon.
  • avec gris- « gris » :
    • °Griso, hypocoristique formé sur gris- : Grimesnil (?).
  • avec hag- « enclore; clôture, maison » :
    • Hagino, diminutif de Hago, hypocoristique formé sur hag- : Hainneville.
  • avec haid-, forme évoluée hed- « lande, bruyère » ou « genre, espèce » :
    • Hedo, hypocoristique formé sur hed- : Hiesville.
  • avec haim-, variante ham- « maison, foyer » :
    • Hamelin, diminutif de Hamo, hypocoristique formé sur ham- : Hamelin.
  • avec hard- « dur, fort » :
    • Harding, dérivé de Hardo, hypocoristique formé sur hard- : Hardinvast (?).
  • avec hari-, forme évoluée her- « armée » :
  • avec hild- « combat » :
    • Hildo, variante Helto, hypocoristique formé sur hild-, forme mutée et évoluée helt- : Héauville.
    • Hildigardis (fém.), combinaison des éléments hild- + -gard « jardin, enclos; conserver, protéger », ou encore « bâton, baguette » : Auderville (?).
    • Hildwin, combinaison des éléments hild- + -win « ami » : Hudimesnil.
  • avec hlod- « gloire » :
    • Hlodo, variante Chlodo, hypocoristique formé sur hlod- : Clouay.
  • avec hrod- « gloire » :
    • Hrodgari, combinaison des éléments hrod- + -gari « lance » : Boisroger.
  • avec hūg-, forme mutée hūk- « esprit, pensée » :
  • avec ingil-, élargissement de ing-, radical du nom du peuple germanique des Inguaeones :
    • Ingilgari, combinaison des éléments ingil- et -gari « lance » : La Chapelle-Enjuger (?).
  • avec īw- « if » :
  • avec °sar- « cuirasse, armure » :
  • avec sis- « chant, complainte » :
  • avec skalk- « serviteur » :
    • Calko, éventuelle forme réduite de °Scalco, hypocoristique formé sur °skalk- : Cauquigny (?).
  • avec wīg- « combat », forme mutée wīc- :
  • avec wilja- > will- « volonté » :
    • Willin, diminutif de Willo, hypocoristique formé sur will- : Le Guislain (?).
    • Williberht, combinaison des éléments will- + -berht « brillant » : Guilberville (?).

Notes et références

  1. Cf. Auguste Longnon, Polyptyque de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés [dit polyptyque d’Irminon], 2 vol., Société de l’Histoire de Paris, Paris, 1895.
  2. Ces noms sont les continuateurs des anthroponymes composés traditionnels de type indo-européen, qui étaient initialement significatifs. L'emploi fréquent de certaines initiales ou finales a entraîné leur démotivation, puis leur emploi indépendamment du sens. La tradition du nom de personne composé indo-européen a été maintenue en celtique, en grec, en slave, en indo-iranien, etc.
  3. Ce mode de formation a son équivalent roman : du prénom Nicolas abrégé en Colas, par exemple, on tire un radical Col-, d'où Col-in, puis Colin-et, Colin-ot, etc.
  4. Almod pourrait aussi représenter la combinaison des éléments al(a)- « tout » + -mod.