Anse Saint-Martin

De Wikimanche

Chargement de la carte...
L'Anse depuis les Herbeuses : de gauche à droite : le havre de Plainvy, le Caban, la Marette, le Rocher du Marais, et la Verte-Roque.

L'anse Saint-Martin est un petit golfe de la Manche, situé dans la Hague, sur les communes de Digulleville, Omonville-la-Petite et Saint-Germain-des-Vaux.

Il se trouve à 2 miles marins au sud-est du cap de la Hague et à 10 au nord-ouest de Cherbourg.

Toponymie

Attestations anciennes

  • Anse de S. Martin 1689 [1].
  • fosse Saint-Martin 1690 [2].
  • Anse de St Martin 1694 [3].
  • Anze S. Martin 1698 [4], 1655/1699 [5].
  • ance Saint-Martin 1699 [6].
  • Anse de St Martin 1719 [7].
  • Rade et Ance de St Martin 1700/1741 [8].
  • Ance S. Martin 1749 [9].
  • anse de Plainvy 1749 [10].
  • Anse de St Martin 1753 [11].
  • Anse de S. Martin 1757 [12], [13].
  • Ance S. Martin 1757 [14]
  • Ance de S. Martin 1758 [15].
  • Ance St Martin 1763 [16].
  • Ance S. Martin 1764 [17].
  • Anse de S. Martin 1778 [18]
  • Ance St Germain 1781 [19].
  • Anse de St Germain 1783 [20].
  • anse de Saint-Germain 1827 [21].
  • anse de Plainvy ou de Saint-Martin 1830 [22].
  • anse de Saint-Martin 1836 [23].
  • Anse et Rade S. Martin 1838 [24].
  • anse de Saint-Germain 1881 [21].
  • Anse St Martin 1889 [25].
  • anse de Saint-Martin 1927 [26].
  • anse Saint-Martin 1984 [27].

Étymologie

Saint Martin est le patron de la paroisse d'Omonville-la-Petite, village lui-même nommé anciennement Saint-Martin-d'Omonville, et aujourd'hui encore localement Saint-Martin.

Géographie

Elle s'étend environ sur 1 000 m², de la pointe de Jardeheu aux Herbeuses, et a une profondeur de 1 200 mètres. Au large, affleurent les rochers du Marti au roc, du Grun, de la Parmentière et de la Française.

« Le rivage décrit les cinq huitièmes d'un cercle ; l'entrée, ouverte sur la face septentrionale du cap de la Hague, a, des roches de Marti au roc à celles des Herbeuses, 1800 mètres ; l'eau est profonde, et si la houle y est souvent forte par les vents du nord-est au nord-ouest, le calme y règne par tous les autres »[28]. L'entrée se fait à basse mer avec 7 à 10 brasses d'eau (12 à 18 m), et sa profondeur varie de 6 à 10 brasses. Le fond est de sable argileux [29].

Il abrite le port Racine au nord-ouest, ainsi que deux mouillages anciens (le Caban, sur le hâvre de Plainvic, le Pont-des-Vaux, près du port Racine), et un mouillage récent (le Rocher du Marais).

Le rivage est une longue grève de galets, avec quelques zones rocheuses (le Caban, la partie ouest à partir de la pointe du Nez).

Position stratégique

À proximité immédiate du Raz Blanchard et accessible à toute heure, l'anse est considérée comme l'un des meilleures abris naturels du Cotentin, refuge traditionnel pour les navigateurs, parmi lesquels François-Médard Racine. Mais, si l'occupation du lieu est très ancienne, le havre de Plainvic et la Gravelette recélant des vestiges préhistoriques, et Gilles de Gouberville écrivant avoir attendu là en 1558 une marée favorable pour rejoindre Aurigny, la position de l'anse ne paraît intéresser que tardivement les autorités militaires. Deux batteries sont installés à chaque pointe au XVIIe siècle, l'une à Saint-Germain, l'autre à Jardeheu. En 1851, le Conseil général, par la voix du représentant du canton de Beaumont, Hippolyte de Tocqueville, émet le souhait d'y construire un port, cependant que les Anglais fortifient Aurigny, et une commission dirigée par le marquis de Laplace, général de division d'artillerie, s'y rend le 15 juillet. On accroît le nombre de canons du fort de Saint-Germain mais l'endiguement n'est pas entrepris[29].

On raconte qu'en 1783, à la fin de leur guerre d'Indépendance, les États-Unis demandèrent à acheter l'anse pour y établir un port de répartition [30]. L'Angleterre aurait fait échouer le projet [30].

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'occupant allemand inclut la côte de la Hague dans le Mur de l'Atlantique. L'anse Saint-Martin, déjà protégée par le fort Saint-Martin et la batterie de Jardeheu, se voit gratifiée de défenses sur les hauteurs : une batterie de canons hippomobiles dans les Monts à Digulleville, deux ensembles de blockhaus à Omonville-la-Petite, l'un au Rocher du Marais, sur la plage, l'autre sur la Pointe du Nez. Un point d'appui existait également au moulin de Danneville, ainsi qu'autour de la station radar de la Gouinerie.

Site naturel

Vue générale.

Site inscrit avec les territoires des trois communes en 1973, puis classé comme toute la côte de la Hague en 1992, l'anse Saint-Martin est inscrite dans le plan d'action du Conservatoire du littoral qui a acquis 140 hectares sous la route D 45 entre 1990 et 2006, gérés par le SyMEL. L'espace est aussi couvert par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 (« la Hague »), et de deux de type 2 (« anse Saint-Martin » et « îlots et estran rocheux de la Hague »).

Coucher de soleil sur la pointe de Saint-Germain.

L'anse Saint-Martin abrite notamment une grande population d'ormes, rares dans le reste de la Hague, mais gravement atteints par le graphiose. Sur la grève, on trouve des choux marins, soumis à un arrêté préfectoral de protection de biotope depuis 1984, des herbiers de zostères, des pelouses aéro-halines à armérie maritime sur les Herbeuses, des algues sur les rochers (alarie verte, bornétie articulée, délesserie sanguine, laurencie à tête plate…). Sur les Herbeuses en particulier, nidifient le cormoran huppé, l'huîtrier-pie et le goéland marin.

L'anse offre également un intérêt géologique, avec le gneiss des Herbeuses, les troncs d'arbres fossilisés et des blocs pegmatites à gros éléments verts d'épidote.

Représentation

Le peintre Prosper Galerne (1836-1922) a peint à plusieurs reprises l'anse Saint-Martin, dont certaines toiles sont conservées au musée de Coutances.

Notes et références

  1. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, Collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  2. Brémont.
  3. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  4. Nicolaes Jansz Visscher junior et Gilliam Van der Gouwen, Manica, gallis La Manche et Belgis het Canaal, pars oceani inter Angliam et Galliam, hujus septentrionalem et illius meridionalem oram rigans cum adjacentibus exactissimé in tabulam redacta et edita, éd. Petr. Schenck junior, Amsterdam, 1698.
  5. Justus Danckerts (1635-1701), Canalis inter Angliae et Galliae tabula cum omnibus suis portibus, arenis et profundis, Amsterdam, 1655/1699.
  6. Vauban.
  7. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  8. Jean Magin, Environs d'Omonville[la-Petite], 1700/1741 [BNF, Collection d'Anville, cote 01087].
  9. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BNF, Collection d'Anville, cote 00762 B].
  10. général Vialle.
  11. Herman van Loon, D2.me [= Deuxième] carte particuliere des costes de Normandie contenant les costes du Cotentin depuis la Pointe de la Percée Jusqu'a Granville ou sont Comprises les Isles de Jersey, Grenezey, Cers, et Aurigny, avec les Isles de Brehat. Comme elles paroissent a basse Mer dans les grandes marées, Atlas Van Keulen, Amsterdam, 1753 [BNF]
  12. Jean de Beaurain, Carte générale des Isles Grenesey, Jersey, Aurigny, Chausey, etc., Paris, 1757 [BNF, Collection d'Anville, cote 01099 B].
  13. L. Brion de la Tour, carte 11 (« Partie de la Normandie ») du Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757.
  14. Jacques-Nicolas Bellin, Carte réduite des Isles de Jersey, Grenesey et d'Aurigny avec les costes de Normandie et de Bretagne qui en sont voisines : Dressées au Depost des cartes et plans de la Marine Pour le service des vaisseaux du roy par ordre de M. de Machault garde des sceaux de France, ministre et secrétaire d'Etat, Paris, 1757.
  15. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  16. Jacques-Nicolas Bellin, Carte réduite de la Manche (Seconde éd.), Paris, 1763.
  17. Jacques-Nicolas Bellin, Coste de Normandie depuis l'ance de Vauville jusqu'à Surville avec les Isles de Grenesey et d'Aurigny, Paris, 1764.
  18. Jean de Beaurain (1696-1771), Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778.
  19. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  20. Carte de Cassini.
  21. 21,0 et 21,1 Bitouzé-Dauxmesnil.
  22. Bodson de Noirfontaine.
  23. Dépôt général de la Marine.
  24. Victor Lavasseur, « Département de la Manche », carte n° 49 in Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1852, 1854 [rééditions de la première édition de 1838].
  25. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  26. Service hydrographique de océanographique de la Marine.
  27. Carte IGN.
  28. Jean-Jacques Baudre, « Les Côtes de la Manche », in Revue des deux mondes, Tome 19, janvier-février 1859, p. 267.
  29. 29,0 et 29,1 de Restaing, « Projet de création d'une rade dans l'anse Saint-Martin-Hague », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. VIII, 1861.
  30. 30,0 et 30,1 Pierre Anquetil, La Hague fouille dans son passé, Cherbourg, Édition La Dépêche, 1974, p. 9.

Lien externe