André Simonyi

De Wikimanche

André Simonyi.

André Simonyi, né à Huszt (Hongrie) (aujourd'hui Khoust, Ukraine) le 31 mars 1914, mort à Compiègne (Oise) le 17 juillet 2002, est une personnalité sportive de la Manche, footballeur de son état.

Il est le premier entraîneur de l'AS Cherbourg professionnelle, de 1960 à 1962.

Carrière sportive

André Simonyi fait ses débuts de footballeur à l'Attila FC de Miskolc (Hongrie), comme avant-centre. En 1933, il est recruté par l'Olympique de Lille, alors champion de France de division 1, club avec lequel il marque 37 buts en deux saisons. En 1935, André Simonyi est transféré au FC Sochaux, puis en 1936 au Red Star Olympique. C'est là qu'il se montre à son meilleur niveau, s'affirmant comme un redoutable buteur et faisant admirer l'élégance de son style. Avec lui, le Red Star gagne le championnat de France de la « zone occupée » en 1941 et la Coupe de France en 1942.

Naturalisé Français pendant la Seconde Guerre mondiale, André Simonyi est sélectionné quatre fois en équipe de France entre 1942 et 1945. Il rejoint Rennes en 1946, puis joue à Angers, au Stade français et au FC Rouen en 1948. En 1949, il part au Portugal, où il joue trois saisons sous les couleurs du Sporting de Covilha, avant de revenir en France en 1952, appelé par le CO Roubaix-Tourcoing.

En division 1 française, il joue 185 matchs et inscrit 115 buts.

En 1960, les dirigeants de l'AS Cherbourg l'appellent pour diriger l'équipe qui vient d'accéder au statut professionnel, en division 2. À l'occasion, André Simonyi n'hésite pas à revêtir le maillot bleu et blanc - il a pourtant 46 ans. Il reste deux saisons à Cherbourg, jouant 13 matchs et marquant 4 buts. C'est lui qui lance Jacky Simon, futur international. Il part en 1962, remplacé par Émile Rummelhardt.

Il meurt en 2002, à 88 ans [1].

Bilan à l'AS Cherbourg
Division Classement Pts J G N P Bp Bc Diff. Moy. spect. Coupe de France
1960-61 Division 2 13e/19 29 36 10 9 17 45 58 - 13 3 794 16e de finale
1961-62 Division 2 15e/19 29 36 11 7 18 47 64 - 17 2 661 32e de finale

Notes et références

  1. « Décès d'André Simonyi », Le Parisien, 19 juillet 2002.