André Loison

De Wikimanche

André Loison, né à Cherbourg le 26 mai 1918, est un résistant déporté de la Manche.

En mai et juin 1943, une vague de répression est menée dans l'ensemble du département contre la résistance communiste (FN-FTPF), suite à l'arrestation à Cherbourg de Robert Colléate dit « Paul » : Robert Colléate est fusillé, Paul Chartier, Victor Francolon, Louis Chollet, André Loison, Raymond Brûlé, Alfred Duros, Georges Gautier, Émile Lecarpentier, Ange Leparquier, Régis Messac sont arrêtés et envoyés dans des camps de concentration ; la plupart ne reviendront pas.

Le 25 novembre 1943, 56 Français, 4 Polonais et 1 Belge venant des prisons parisiennes sont regroupés dans un wagon cellulaire à la gare de l’Est. Parmi eux, André Loison quitte Paris vers le camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Ces déportés sont classés N.N. [1]. Parmi les autres déportés de ce transport se trouvent également les Manchois Caillard, Culeron, Gourdier, Laisney et Lepicq.

Le voyage dure une journée et les déportés sont incorporés au camp et y reçoivent les signes distinctifs que sont le matricule, le triangle rouge et les vêtements qui doivent être marquer des lettres NN.

André Loison se voit attribué le numéro matricule 6326. Il passe par les prisons de Brieg (Pologne) avant d'être interné au camp de concentration de Gross-Rosen où il intègre le kommando Kazmen chargé du démontage de machines.

Il recouvre la liberté le 29 avril 1945 ; date de la libération du camp de Dachau dans lequel il a été transféré.

Lien interne

  •  Nacht und Nebel