Alphonse Mélingue

De Wikimanche

Alphonse Mélingue

Alphonse Mélingue, né à Octeville le 30 juin 1898, mort en Manche le 24 ou 25 juillet en 1940, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Ingénieur de formation, Alphonse Mélingue s'engage dans la marine en juillet 1916 à Cherbourg. Il sert entre autres sur le cuirassé Voltaire et le patrouilleur Corneille dont il assure le commandement alors qu'il n'a que 20 ans. Il est affecté à la défense de Lorient et de Cherbourg pendant la Première Guerre mondiale puis est démobilisé en 1919 [1].

Il est réserviste dans la période de l'entre-deux-guerres. Il perfectionne ses talents de dragage de mines qu'il avait beaucoup pratiqué durant la Grande Guerre [1].

Le décret du 26 mai 1936 lui donne la croix du combattant volontaire [1].

Il obtient le grade de lieutenant de vaisseau de réserve le 7 février 1939. Il reprend le service actif le 26 août 1939 et assure la défense de Cherbourg au début du second conflit mondial. Il dirige la première section de dragage du Havre à la tête du dragueur de mines Pingouin. Il passe officier en second à la défense du littoral du Havre en décembre 1939. Il rallie l'Angleterre à l'issue de la débâcle de juin 1940 [1].

Le 24 juillet 1940, soit un mois après la signature de l'armistice franco-allemand, il embarque à bord du Meknès à Southampton (Angleterre) avec 1 300 autres marins français qui préfèrent rentrer en France occupée plutôt que de continuer la lutte aux côtés des Britanniques et du général de Gaulle. Bien qu'affichant sa neutralité, le paquebot est torpillé par les Allemands dans la nuit du 24 au 25 juillet. Alphonse Mélingue fait partie des 420 marins qui disparaissent en Manche. Son corps n'a jamais été retrouvé. Il est décoré pour un acte de bravoure lors de ce naufrage. Il est cité à l'Ordre de la Marine (ordre n°11 CRMM du 31 juillet 1941) par l'amiral de la flotte pour le motif suivant : « Après le torpillage du paquebot Meknès, étant déjà embarqué dans un canot, a cédé sa place à un homme blessé, est descendu à l'eau et a disparu ». Il est fait chevalier dans l'Ordre de la Légion d'honneur à titre posthume par décret du 24 juillet 1944, et reçoit la croix de guerre avec palme [1].

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la ville de Cherbourg-Octeville [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Site Internet Les Oubliés du Meknès (lire en ligne).

Articles connexes