Alphonse Fillatre

De Wikimanche

Alphonse Fillatre, né à Villebaudon le 12 décembre 1890, mort en 1960, est un résistant de la Manche.

Condamné à mort en 1915 et résistant en 1944

Alphonse Fillatre passe toute sa vie dans sa ville natale où il tient un restaurant.

Cet homme courageux connaît sa première « heure de gloire » en 1915 quand il est fait prisonnier par les Allemands dans les bois d’Erloy, dans les Ardennes. Évadé, repris puis enfermé dans la forteresse de la Capelle durant 8 mois avec exécution fixée au 25 janvier 1915, il a la vie sauve à l’occasion de la visite faite par l’empereur Guillaume, à la Capelle, qui gracie tous les condamnés.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est le responsable du réseau de résistance de Villebaudon, avec notamment sa femme Louise et l’institutrice Berthe Leblond. C’est lui qui trouve pour le réseau P.T.T. une ferme isolée à Beaucoudray servant de lieu de passage et de cache. Il assure souvent le ravitaillement en « réquisitionnant » les agriculteurs de la région.

Avec l’équipe de René Crouzeau d’Action PTT, il réceptionne l’important parachutage d’armes de Sainte-Marie-Outre-l’Eau (Calvados) dans la nuit du 9 mai 1944.

Lors de l’arrestation du maquis de Beaucoudray par les Allemands le 14 juin 1944, qui se termine par l’exécution de onze résistants, et alors que les Allemands sont à sa recherche avec deux chiens, il ne doit son salut, avec sa femme, qu’en jetant du poivre pour effacer sa trace.

Alphonse Fillatre peut être considéré comme un rouage essentiel de la résistance de renseignements. Sous-lieutenant FFI, ses opinions politiques ne lui valent pas que des amis et sa générosité est quelquefois mal récompensée malgré le soutien d’hommes d’envergure aux opinions opposées comme Chaban-Delmas.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562.