Alexandre-Louis Baudin

De Wikimanche

Alexandre-Louis Baudin, né à Sedan (Ardennes) né le 27 mai 1769, est un littérateur et homme politique lié au département de la Manche.

Il a présidé le conseil général de la commune de Cherbourg entre 1795 et 1797.

Biographie

Né dans une famille originaire de Lorraine fixée depuis le XVIIe siècle à Sedan, il est le fils d'Anne-Alexandre Baudin, lieutenant-général du bailliage de Sedan, et de Charlotte-Louise de Lafeuille, issue d'une famille de magistrats, et frère de Pierre-Charles-Louis Baudin, dit Baudin des Ardennes, conventionnel et maire de Sedan.

Après des études au collège de Juilly de Paris, il entre dans la Marine comme d'aspirant à Brest (Finistère), puis à Cherbourg en 1787, attiré par les perspectives professionnelles qu'offrent les travaux de la rade. Il abandonne cette carrière et devient contrôleur des Postes à Cherbourg et s'inscrit à la Société des amis de la Constitution.

Après la proclamation de la constitution de l'An III à Cherbourg, le 10 vendémiaire an IV, il est élu le 2 brumaire suivant à la tête du conseil général de la commune. En conflit avec l'administration départementale, il est destitué le 2e jour complémentaire anV.

Il est par ailleurs le rédacteur de l'Almanach du département de la Manche, en l'an X et XI, et l'auteur de La France régénérée, poème civique en 1 chant (1790), Lettre d'un docteur en patriotisme (1790), et des traductions de l'oraison de Cicéron pour le poète Archias (1804) et de Publii Virgilii Maronis Bucolica, les Bucoliques de Virgile (1814).

Sources
  • « Élections sous contrôle », La Manche Libre, 8 mars 2008
  • Catalogue OpalePlus, BNF
  • Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie ardennaise, Paris, rue de l'Arbre sec, 1830
  • Association normande, Annuaire des cinq départements de la Normandie, Caen, 1843
  • Johann Samuel Ersch, La France litéraire contenant les auteurs français de 1771 á 1796, Hambourg, 1797
  • Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Firmin Didot frères, 1853