Adrien Richer

De Wikimanche

Adrien Richer, né à Avranches en 1720, mort à Paris en 1798, est un historien de la Manche.

Frère de François Richer, il gagne Paris où il s'adonne à des travaux historiques et littéraires. Parmi ses nombreux ouvrages, plusieurs ont été réimprimés.

Œuvres

  • Vie de hommes illustres, 1756, 2 volumes in-12°.
  • Théâtre du monde, où par des exemples tirés des auteurs anciens et des modernes les vertus et les vices sont mis en opposition, 1775, 2 volumes in8°.
  • Vies des plus célèbres marins, 1780-1786, 13 volumes.
  • Les Fastes de la marine française, 1787-1788.
  • Vie des surintendants des finances et des contrôleurs généraux,1791, 2 volumes.
  • Essai sur les grands évènements par les petites causes, 1755-1759, 2 volumes. Voici quelques têtes de chapitre :
    • Semiramis profite d'un badinage de Ninus pour le faire périr et s'emparer de la souveraine puissance.
    • L'amour d'Hélène pour Paris cause le siège et la ruine de Troie
    • Plusieurs jeunes Romains, étant dans le vin, s'entretiennent sur les femmes. Cette conversation occasionne le viol de Lucrèce : ce viol est cause que les rois sont chassés de Rome et qu'on change la monarchie en république.
    • La jalousie d'une femme cause la guerre civile entre Antoine et Octave.
    • L'Assassinat de Childéric, roi de France, est occasionné par un coup de baguette qu'il donne en badinant à Frédégonde sa femme.
    • Plusieurs seigneurs anglais rient d'une politesse qu'Édouard III fait à la comtesse de Salisbury, ce qui donne droit à l'établissement de l'Ordre de la Jarretière.
    • La curiosité du duc d'Orléans, qui veut reconnaître un masque à un bal, est cause que plusieurs seigneurs périssent et que Charles VI devient frénétique. Voici le chapitre entier :

" Charles VI était d'une humeur si sombre et si mélancolique, que tous les courtisans cherchaient à l'envi les moyens de l'amuser. On ne voyait à la cour que concerts, ballets,joutes, etc. La reine Blanche s'avisa de donner un bal en son hôtel du faubourg Saint-Marceau. Hongrimen de Jansay, écuyer du roi, imagina une mascarade d'hommes sauvages, dont les habits étaient de toile sur laquelle on avait appliqué avec de la poix des étoupes très déliées.

Cet habillement fort grossier parut fort agréable en ce temps barbare, et fut si vanté à la cour, que le roi demanda à le voir. Sa majesté le trouva si fort à son goût qu'elle voulut être de la mascarade. Il fut donc décidé que le roi, habillé en sauvage, entrerait dans le bal tenant cinq autres sauvages enchaînés, ce qui fut exécuté comme on l'avait prévu.

Lorsque les sauvages furent entrés, Charles VI lâcha ceux qu'il tenait pour les laisser entrer, et alla se mettre sur les genoux de la duchesse de Berry qui était extrêmement belle. Pendant qu'il y était, le duc d'Orléans arriva. Ce duc, étonné de voir quelqu'un prendre tant de familiarité avec la duchesse de Berry, donna ordre à ses pages d'approcher leurs flambeaux pour voir s'il ne reconnaîtrait point ce masque. Un de ses pages, ayant approché sa torche trop près des sauvages qui dansaient, mit le feu à leurs habits qui, étant faits de matière combustible, furent dans un instant tout enflammés.

Les instruments cessèrent, on n'entendait que des cris affreux qui demandaient du secours. Un d'entre eux oublia ses souffrances pour crier : "Sauvez le roi !" La duchesse de Berry, se doutant que c'était lui qu'elle tenait sur ses genoux, le couvrit de sa robe, et le garantit des flammes. Tous les autres seigneurs , qui avaient des habits de sauvages, furent grillés, à la réserve d'un, qui se souvenant d'avoir vu à quelque distance une cuve pleine d'eau, alla s'y jeter.

Le danger auquel ce roi avait été exposé lui troubla le cerveau. Il imaginait voir des fantômes ou des précipices : enfin depuis ce temps il passa une vie triste et languissante. Cet évènement arriva vers l'an 1393.

Sources

  • Ch. Dezobry et Th. Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d'histoire, Delagrave éditeur, Paris, 1880.
  • Adrien Richer, Essai sur les grands évènements par les petites causes, Paris, 1775-1759.