1er Régiment d'infanterie coloniale

De Wikimanche

Défilé place Napoléon à Cherbourg.

Le 1er Régiment d'infanterie coloniale est un ancien régiment de la Manche.

Il connaît une histoire compliquée, alternant suppressions, re-créations, dédoublements...

Histoire

La musique au retour d'exercice.

Le régiment est créé par décret royal le 7 août 1822 sous le nom de 1er Régiment d'infanterie de marine. Le 11 novembre suivant, les cinq compagnies du régiment, soit 1 250 hommes, sont fixées à Cherbourg. C'est l'un des « Quatre Grands » de l'infanterie de marine. Le « Grand Deux » est stationné à Brest (Finistère), le « Grand Trois » à Rochefort (Charente-Maritime) et le « Grand Quatre » à Toulon (Var).

Le 28 août 1827, ses cinq compagnies cherbourgeoises sont supprimées par une ordonnance royale.

En 1838, sa dénomination devient « Régiment d'infanterie de Marine » (RIMA). Le 20 novembre, cinq compagnies sont crées à Cherbourg. En 1840, deux nouvelles compagnies aux cinq précédentes.

Le 31 août 1854, un décret impérial réorganise le corps d'infanterie. Cherbourg se voit affecter le 1er Régiment d'infanterie de marine (RIMA), désormais composé de 15 compagnies. En 1857, le 1er Régiment se compose de 18 compagnies à Cherbourg et de 8 à la Martinique [1]. En 1868, une réorganisation donne au 1er Régiment 17 compagnies à Cherbourg, 5 en Cochinchine, 5 à la Martinique et 6 au Sénégal [1]. En 1888, le 1er Régiment et le 5e Régiment sont stationnés à Cherbourg [1]. En 1900, Cherbourg abrite le 1er Régiment d'infanterie coloniale, le 5e Régiment d'infanterie coloniale et le 2e Régiment d'artillerie coloniale.

Il participe à de nombreuses campagnes outre-mer, ainsi qu'à la Première Guerre mondiale.

Il est dissous le 5 mai 1929 [2].

Recréé, il est affecté à Granville et Dinan (Côtes-du-Nord ) de 1963 à 1978, puis à Granville et Saint-Lô à partir de 1978. En juin 1983, le ministère de la Défense annonce que les 690 hommes stationnés à Saint-Lô et les 700 autres en poste à Granville seront transférés à Angoulême (Charente), où sera regroupée l'unité [3]. Le transfert a lieu en juin 1984.

Hommage

Une rue de Cherbourg perpétue son souvenir en portant son nom.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Troupes de marine, site internet (lire en ligne).
  2. Raymond Lefèvre, Histoire anecdotique de Cherbourg à l'intention de nos écoliers, éd. Cherbourg-Éclair, 1941, rééditée en 1973 par La Dépêche.
  3. « La réorganisation de l'armée de terre entraîne la suppression de neuf garnisons en 1984 », Le Monde, 23 juin 1983.

Lien interne