Éva Joseph

De Wikimanche

Éva Joseph.

Éva Aline Joseph, épouse Israël, née à Cherbourg le 10 octobre 1890 [1] et morte à Auschwitz (Allemagne, aujourd'hui Pologne) le 31 juillet 1944, est une personnalité politique de la Manche.

Biographie

Elle est la fille de Charles Joseph (° 1862) et Élise Lévy (° 1868), commerçants à Cherbourg spécialisés dans la vente de vêtements [2]. Elle naît à leur domicile, au 43 rue Grande-Rue à Cherbourg [1][2].

En 1914, elle part à Paris, où elle épouse le 5 février Marcel Israël [1][2]. Ils auront quatre enfants [2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Éva Joseph se réfugie rue du Docteur Frapas à Villeurbanne (Rhône), où elle s'engage dans la résistance [2].

Arrêtée par la Milice et la Gestapo le 18 juillet 1944, elle est d'abord incarcérée à la prison Montluc à Lyon, puis transférée à Drancy (aujourd'hui Seine-Saint-Denis), d'où elle part le 31 juillet suivant pour le camp d'extermination nazi d'Auschwitz, dans le convoi 77, le dernier convoi de déportés juifs à avoir quitté la France [2].

En 1947, un tribunal ayant entériné son « non-retour » la déclare décédée et fixe la date à son départ en déportation [2]. On lui reconnaît la double qualité de « déportée raciale et politique » [2].

Hommage

Dans le cadre d'un projet européen, des élèves du collège Les Provinces à Cherbourg-en-Cotentin, sous la direction de leur professeur Emmanuel Demy, retracent la vie d'Éva Joseph et obtiennent de la mairie qu'une plaque-souvenir soit apposée sur sa maison natale : elle est inaugurée le 1er juillet 2021, en présence Benoît Arrivé, maire de Cherbourg-en-Cotentin [3].

Sources

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Archives de la Manche ­— (NMD) Cherbourg 1890 (3E 129/266) — Vue : 173DroiteHaut.jpg .
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Convoi 77, site internet (lire en ligne).
  3. Titouan Lechevallier, « Une plaque en mémoire d'Éva Joseph, qui fit partie du dernier convoi des déportés juifs », La Presse de la Manche, site internet, 2 juillet 2021.