Émile Malon (1888)

De Wikimanche

Émile Charles Hyacinthe Malon, né au Teilleul le 16 août 1888 et mort dans la même commune le 28 septembre 1940 [1], est un homme politique de la Manche.

Biographie

Émile Malon naît dans une famille de médecins et d'élus locaux. Son père, Émile Malon (1855-1935), est médecin, maire du Teilleul pendant quarante ans, conseiller d'arrondissement et conseiller général. Ses grands-pères, le docteur Pascal Malon et Louis Ravy, ont été respectivement maires de Saint-Georges-de-Rouelley et de Biards [2].

Comme son père, Émile Malon suit des études de médecine. Il prend part à la Première Guerre mondiale comme médecin auxiliaire au 284e régiment d'infanterie [2]. Il préside ensuite la section des anciens combattants du canton du Teilleul.

Il s'installe comme médecin au Teilleul où il est rapidement nommé adjoint au maire [2].

Il est élu député de la Manche le 18 avril 1937, par 5 784 voix contre 5 718 au docteur Auguste Gautier, membre du Parti social français, au second tour d'une élection partielle consécutive à la démission de Gustave Guérin, élu sénateur. Soutenu par le député Jean Goy, président de l'Union nationale des combattants, il se présente comme candidat républicain antirévolutionnaire mais ne s'inscrit à aucun groupe. Il reste en poste jusqu'au 31 mai 1942, siégeant à la commission de l'hygiène, de la santé publique et à la commission de l'administration générale, départementale et communale, et intervenant dans les discussions budgétaires, sur les questions d'agriculture, de transports et de communications[2].

« Le Dr Malon, enraciné dans son terroir natal, chasseur et pêcheur, était populaire, gai et bon vivant ; dans les fêtes et les banquets, il chantait souvent des chansons un peu lestes qui amusaient l'assistance. » [3]

Il est élu maire du Teilleul le 2 octobre 1938. Il reste en poste jusqu'à sa mort [2].

Le 10 juillet 1940, à Vichy, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, avant de mourir deux mois plus tard [2].

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur [2]
  • Titulaire de la croix de guerre [2]

Notes et références

  1. – Acte de naissance n° 82 - Page 238/296.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 « Émile Malon », Assemblée nationale, site internet (lire en ligne).
  3. Revue de l'Avranchin et du pays de Granville, volume 77, 2000.

Article connexe