Église Sainte-Marguerite (Le Theil)

De Wikimanche

L'église Sainte-Marguerite.

L'église Sainte-Marguerite du Theil est un édifice catholique de la Manche. Saint Clair est son second patron.

Le patronage est donné à l'abbaye du Vœu au 12e siècle.

Située dans une dépression de terrain, l'église est formée d'un chœur ogival voûté en pierre du 14e siècle, avec, au Nord la chapelle du Rosaire qui communique avec le chœur par deux arcades romanes. Cette chapelle rappelle le souvenir des victimes de la guerre 1914-1918.

Le clocher à bâtière typique du Cotentin comporte une fenêtre ogivale sur chaque face au niveau des cloches. Tout autour de l'édifice sont disposés de solides contreforts servant à soutenir la voûte intérieure.

En 1765, la nef est allongée de deux travées et se termine par un portail roman.

À la Révolution, l'intérieur de l'église n'a pas été saccagé comme en bien d'autres endroits. Les biens de la cure ont été mis en vente et achetés par M. Jean-Louis Allain, curé et ses frères qui, en 1821, les rendent à la cure et à la fabrique.

En 1880, le clocher est pourvu d'une cloche qui continue de rythmer la vie des habitants. Une seconde l'y rejoint en 1964 ; la précédente ayant été victime de l'enthousiasme des habitants du Theil lors de la libération de cette commune en 1944. Les inscriptions suivantes sont lisibles sur chacune d'elle :

  • la première : donnée par les paroissiens en l'année 1880, la 3e du pontificat de Léon XIII, la 5ème de l'épiscopat de Mgr. A.A. Germain, évêque de Coutances et Avranches, bénite par M. A.V. Duval, vicaire général de Coutances, M. Germain Couppey étant curé du Theil et M. Amédée Hulmer, vicaire. Nommée par M. l'abbé Bon François Gouellain, curé d'Aumeville-Lestre, né au Theil et Mme Fleurv de Gonneville née Hamon de Condé sur Noireau. Bonne, Célarine, Pauline, Eugénie, Clémence, Hélène, Marguerite, Marie. Bouée et ses fils, fondeurs accordeurs au Mans.
  • la seconde : bénite par M. le chanoine Marguerie, curé-doyen de St Pierre-Église le 10 mai 1964, M. Charles Blondin, curé du Theil. J'ai reçu les noms de Claire, Annie, Caroline, Thérèse, Véronique. Parrains et marraines : MM. Louis Sauvey, adjoint au maire, Ferdinand Sauvey, Charles Lebunetel, Mesdames Edmond Levéel, Désiré Lebrequier, Jean-Baptiste Sauvey. Avec ma sœur, je chante la gloire de Dieu. Fondue à Villedieu.

Le sanctuaire se compose d'un maître-autel, de deux gradins, d'un tabernacle, de deux reliquaires, d'un retable à deux colonnes corinthiennes et d'une gloire rayonnante.

Nous y trouvons la statue du Sacré-Cœur, de Sainte Marguerite et de Saint Clair. Dans une chapelle on remarquer deux colonnes à chapiteau corinthien supportant, à gauche le Bienheureux ThomasHélye et à droite Saint Clair tenant sa tête dans ses mains. Le grand tableau représente la descente de croix.

Bas-relief du martyre de Saint Léger.

La nef et le chœur sont séparés par une grande arcade ogivale sur laquelle sont adossés deux petits autels en bois particulièrement bien travaillés, œuvre d'un artisan du Theil, avec la statue de Notre Dame de Lourdes à gauche et Saint Joseph à droite. Dans la nef, d'autres statues sont visiblest : Sainte Jeanne d'Arc, Saint Antoine, Saint Firmin. Saint Marcouf, Saint Eloi et Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.

Les vitraux sont des années 1952 et 1953.

À l'extérieur, dans le mur de la sacristie, un bas-relief du martyre de Saint Blaise, évêque, classé au titre d'objet aux Monuments historiques le 3 janvier 1994 [1].

Notes et références

  1. Notice n°PM50001178, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture..

Liens internes

Lien externe