Église Saint-Martin (Brévands)

De Wikimanche

Eglise Brevands 2.JPG
Peintures de la chapelle sud.
Gisant de la demoiselle Anne de Mesnildot.

L'église Saint-Martin de Brévands est un édifice catholique de la Manche.

Description

Sur un plan en croix latine[1], elle est composée d’une nef unique à trois travées, d’un transept saillant voûté d'ogives d'époque romane, dont la croisée est surmontée d’une tour[2] carrée à toiture en bâtière, et d’un chœur à deux travées[1] et chevet plat reconstruite au 17e siècle[3].

Les ogives de la croisée, formées d'un tors central encadré de deux tors plus fins[1], s’appuient sur quatre piles dont les chapiteaux sont ornés au deuxième quart du 12e siècle de godrons, de motifs végétaux stylisés et d’animaux fantastiques (oiseaux s’affrontant, monstres crachant des rinceaux)[2].

Sous le chœur, une crypte couverte d’une voûte en berceau[2], redécouverte en 1944[3] est ornée des peintures murales à la fresque ou à la colle du dernier quart du 13e figurant la Vierge à l'Enfant, des anges et deux saints sur le mur nord, le Christ crucifié, la Vierge et saint Jean sur le mur sud, un semis de fleurettes et une frise de rinceaux sur le fond, et la Vision de l'Apocalypse sur la voûte. Elles sont classées comme monument historique au titre d'objet le 19 février 1954[4]. D'autres peintures murales ornent la chapelle latérale sud du transept[1].

En 1687, Antoine IV de la Luzerne, marquis de Brévands, finance la restauration de l'église. Ses armes sur la clef de la voûte ont été attaquées à la Révolution[1].

Une sacristie polygonale est flanquée tardivement contre le chœur[1].

Le maître-autel réutilise une partie du fronton d'une porte en chêne de 1687 d'un château de Brévands. Le retable du 18e siècle en calcaire est à deux piédestaux, quatre colonnes cannelées à chapiteau corinthien, et six pilastres de style corinthien, surmontés d'une corniche. Les deux éléments sont classés le 7 octobre 1935[5].

De nombreuses statues agrémentent l'édifice :

  • une Vierge à l'Enfant assise du 15e,
  • une sainte Madeleine du 14e,
  • un saint Loup, évêque de Bayeux, également appelé saint Fromond, réalisé au 14e en calcaire polychrome, de 96 cm de haut, et 30 de large, provenant de l'ancien autel sud du transept, classé le 30 octobre 1944[6].

Perdue par un navire, la statue de la Vierge aurait été trouvée au milieu du 19e siècle sur la plage près de la Brèche de la Vierge, dans la baie des Veys, où une cérémonie a lieu chaque année[3].

Les huit stalles en chêne, supportées par des colonnettes, datées du 17e siècle, sont protégées depuis le 7 octobre 1935[7].

L'édifice recèle également un ex-voto marin.

On peut observer sur le mur sud de la nef des vestiges d'un appareillage en arêtes de poisson.

Un vitrail de la Libération est dédié aux soldats alliés qui libérèrent le bourg en juin 1944. Dans le petit cimetière autour de l'église, le monument aux Morts est détruit dans les combats en 1944, puis reconstruit en 1952.

L'église, avec la sacristie est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 13 juin 2002 et la crypte classée par arrêté du 9 septembre 2002[1].

Bibliographie

  • J. Deshayes, « Église de Brévands », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Carentan, 2003, pp. 42-48
  • V. Juhel, « Les peintures murales de l'église de Brévands », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Carentan, 2003, pp. 48-51

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 « Notice n°PA00110342 », base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture (voir en ligne).
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Mondes normands
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « A la découverte de l'église Saint-Martin », La Presse de la Manche, 25 août 2012.
  4. « Notice n°PM50000124 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).
  5. « Notice n°PM50000121 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).
  6. « Notice n°PM50000123 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).
  7. « Notice n°PM50000122 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).

Liens internes

Lien externe