Église Saint-Léonard (Reffuveille)

De Wikimanche

Église Saint-Léonard
de Reffuveille

L'église Saint-Léonard de Reffuveille est un édifice catholique de la Manche.

Sous le vocable de saint Léonard, elle relève de la paroisse Notre-Dame centrée à Juvigny-le-Tertre.

Histoire

L'église de Reffuveille fut donnée à l'abbaye de La Lucerne en 1162 par Guillaume de Saint-Jean (-le-Thomas), sa femme et son frère, comme en atteste un aveu rendu en 1419 par l'abbé et les religieux de La Lucerne[1]. Mais, d'après une charte de donation de cette église à l'abbaye et au chapitre de la cathédrale d'Avranches les droits devaient être partagés[1].

François Legendre d'Harvesse y est vicaire au moment de la Révolution, en 1792 avant de s'engager comme volontaire national.

L'ancienne église, située près du Vieux-Bourg et du manoir du Bois-Adam, restée très pauvre après sa réouverture en 1800 est abandonnée et démolie en 1846[2] ; le calvaire (17e s.) de l'ancien cimetière en marque encore l'emplacement.

L'église actuelle, située près de la route d'Avranches à Mortain, est commencée le 18 novembre 1846 et bénite le 15 août 1848[1], la tour est construite plus tard[2].

En 1885, Hippolyte Sauvage écrit : « ... elle est vaste, élancée et dans des proportions qui ne sont pas celles d'un oratoire de campagne. [...] elle a été l'objet de nombreuses critiques, bien qu'elle mérite quelques éloges. »[3].

Elle est restaurée après la Seconde Guerre mondiale sous la direction de l'architecte R. Baranton[4].

Mobilier

L'église Saint-Léonard de Reffuveille abrite un riche mobilier inscrit aux monuments historiques à titre d'objet depuis 1972[5] :

  • maître-autel décoré de l'Agneau sur le livre aux sept sceaux, avec son tabernacle où figure le pélican nourrissant ses petits et son retable avec un tableau figurant l'Assomption, signé Descotils 1860
  • autel secondaire de la chapelle sud
  • chaire à prêcher avec son support à chapiteau corinthien, son dosseret, son abat-voix, son escalier (1742)
  • clôture de chœur utilisée comme balustrade de communion
  • fonts baptismaux à double cuve en granite (17e s.), rebouchardés et agrémentés au 19e siècle.
  • aigle-lutrin, en bois peint gris et or, à pied triangulaire dont chaque face présente un motif sculpté, daté de 1749, portant l'inscription Piel à Martigny.
  • 24 stalles dans le chœur (19e , style 18e)
  • statues de saint Jacques le Majeur et saint Léonard

Les vitraux sont inscrits aux monuments historiques à titre d'objet depuis 1999[5] :

  • verrière de la chapelle nord figurant le baptême de Clovis (derrière Clovis la reine Clotilde sa seconde épouse), signée Charles Champigneulle et Henri Pinta, 1928, Paris.
  • trois verrières dans le haut de la nef : saint Paul, saint Benoît (avec un corbeau), et un évêque, sans doute saint Léonard, signées Charles Champigneulle et Henri Pinta, à Paris. L'une est datée 1928.
  • verrière figurant la Madone de l'Eucharistie, entourée de nombreux saints et saintes avec, au premier plan, de grandes cathédrales françaises (datée de 1948).

Gabriel Loire réalise des vitraux au plomb pour six baies en 1949 et 1951[6].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et Avranches, Volume 2, 1878, p.370.
  2. 2,0 et 2,1 « Reffuveille », Mémoires de la Société d'archéologie, de littérature, sciences et arts d'Avranches, éd. Tostain, Avranches, 1892, tome 11, p. 434 (lire en ligne)
  3. Hippolyte Sauvage, « Reffuveille », Revue historique, archéologique et monumentale de l'arrondissement de Mortain, t. 4, Saint-Lô, 1885, p. 15.
  4. Conseil général de la Manche, « Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche », Conservation des antiquités et objets d’art, 2011.
  5. 5,0 et 5,1 Conservation des antiquités et objets d'art de la Manche
  6. Conseil général de la Manche, « Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche », Conservation des antiquités et objets d’art, 2011.

Liens internes

Liens externes