Église Saint-Gratien (Hérenguerville)

De Wikimanche

Église d'Hérenguerville.

L'église Saint-Gratien d'Hérenguerville est un édifice catholique de la Manche situé aujourd'hui dans la commune de Quettreville-sur-Sienne.

Dédiée à saint Gratien, elle relève, pour le culte, de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul centrée à Montmartin-sur-Mer.

Histoire

En 1853, l'église est décrite ainsi[1] :

« L'église est sous le vocable de Saint-Gratien. Elle dépendait de l'archidiaconé de la chrétienté et du doyenné de Cérences. Elle payait 26 livres de décime.
Dans le cours du XIIIe siècle, le patronage de l'église appartenait à Nicholase de Eranguerville, épouse de Radulphe Grosparrny, et à Guillaume de Poterel . […} Le curé avait toutes les gerbes. à l'exception de deux qui appartenaient à l'abbé de la Luzerne sur la quatrième partie de la paroisse, et deux autres qu'il avait à prendre sur une étendue de 40 acres de terre […]. Le curé avait tout le casuel et sa cure valait alors 37 livres […].
Dans le siècle suivant, le patronage s'exerçait encore en commun. Radulphe Grosparrny nommait deux fois à la cure, et les héritiers de Poterel avaient la troisième nomination. La dîme des gros fruits appartenait, pour les trois quarts, au curé, et pour l'autre quart à l'abbaye de la Luzerne. Encore sur la part de l'abbaye le curé avait-il le tiers […].
L'église de Hérenguerville figure au nombre de celles qui, dans le XVIe siècle appartenaient à l'abbaye du Mont-Saint-Michel. »

Description

Dans le même article on peut lire :

« L'église qui est fort mal entretenue, et pour laquelle les habitants ne paraissent pas se montrer très généreux, est en partie du Xle siècle. Ainsi la tour et la porte occidentale sont de cette époque.
La tour est massive, quadrangulaire, placée avant la nef, et percée de petites fenêtres cintrées qui, aujourd'hui, sont bouchées. Elle a dans sa partie inférieure environ 24 pieds [huit mètres] de largeur et 42 de profondeur [quatorze mètres] ; à 12 pieds du sol [quatre mètres], elle est voûtée en pierre et sert de vestibule à l'église. Elle se termine par un petit dôme de construction moderne.
La porte occidentale est cintrée, à plusieurs retraits et sans ornements. Les voussures en pierres taillées, placées symétriquement, portent sur de simples pilastres. Deux petites ouvertures cintrées, formant une niche destinée à recevoir une statue, garnissent, â droite et à gauche, l'espace qui reste entre la porte et les extrémités de la façade; une autre arcade surmonte cette porte. Peut-être est-ce une combinaison trinaire [autrement dit : une division en trois], une pensée de symbolisme, comme on en rencontre souvent dans l'architecture religieuse. Les fenêtres qui éclairent le chœur et la nef n'ont aucun caractère ; mais elles ont dû en remplacer d'autres qui étaient petites et cintrées.
L'église se termine à l'est par une muraille droite dont la partie supérieure est en forme de fronton. Ce mur est percé d'une rose ou roue dont les rayons sont réunis par des compartiments trilobés. Cette partie de l'église est de la fin du Xlle siècle ou des premières années du Xllle ; elle est masquée en grande partie par la construction d'une sacristie. Le chœur et la nef sont voûtés en bois.
Dans le chœur, au pied de l'autel, j'ai lu sur une pierre tombale l'inscription suivante :
CY GIST LE CORPS -DE M - GVILL
MARESCQ - P - CVRE DE CE LIEV
DECEDE LE 25 MARS 1706.
PRIEZ Pr LE REPOS DE SON AME.
On remarque encore d'autres pierres tumulaires ; mais leurs inscriptions sont complètement illisibles. Il existe dans le cimetière un petit monument funèbre, élevé à la mémoire de J.-Fois Lefevre, capitaine d'infanterie, bienfaiteur de l'église, mort le 5 mai 1839.
On y trouve aussi une croix dont la partie supérieure fort ancienne offre l'image du Christ grossièrement sculptée.  »

Mobilier

Autel de la Vierge.

L'église d'Hérenguerville abrite des objets inscrits monuments historiques :

  • un Christ en croix provenant de la perque, du XVIIe s. [2]
  • des statues de saint Gilles et d'un évêque dit saint Gatien (terre cuite du XVIIIe)
  • un tableau représentant une Vierge à l'enfant de 1839, signé P. Le François [3]
  • un haut relief représentant la charité de saint Martin, provenant du presbytère

Situation

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. Renault, « Revue monumentale et historique de l'arrondissement de Coutances », Annuaire du département de la Manche, 1853 et additif de 1861, (lire en ligne).
  2. « Notice n°PM50013136 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture.
  3. « Notice n°PM50013139 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture.

Liens internes

Lien externe