Église Notre-Dame (Notre-Dame-de-Cenilly)

De Wikimanche

Église de Notre-Dame-de-Cenilly

L'église Notre-Dame de Notre-Dame-de-Cenilly est un édifice catholique de la Manche.

Sous le vocable de Notre-Dame, elle relève, pour le culte, de la paroisse Saint--François-d'Assise centrée à Cerisy-la-Salle.

Histoire

L'église de Notre-Dame-de-Cenilly, d’origine romane, est donnée en 1131, en même temps que celle de Saint-Martin-de-Cenilly à l'abbaye d'Aunay (aujourd'hui Aunay-sur-Odon dans le Calvados), par Jourdan de Say et Luce sa femme [1].

Au 14e siècle, Guillaume Paynel, seigneur de Hambye arbitre un différent entre les religieux d’Aunay et les paroissiens de Notre-Dame-de-Cenilly, obligeant les abbés à réparer l’église [2]. Les procès se succèdent ensuite entre les curés de la paroisse et les riches et puissants religieux d’Aunay jusque dans la première moitié du 18e siècle [2].

Des travaux sont réalisés au 19e siècle : la tribune en 1841 et le lambris de bois, les trois cloches bénies en 1829, l’orgue de tribune réalisé par Guérin de Saint-Symphorien et placé en 1849 [3].

En 1887, le curé Victor-Auguste Lecarpentier entreprend avec son vicaire la restauration intérieure de l’église : les autels de la sainte Vierge et de saint Sébastien ainsi que les vitraux, l’ouverture de trois fenêtres dans la nef, la pose de vitraux peints dans la nef [3]. Des paroissiens offrent les statues de sainte Marguerite, de saint François et  de saint Louis de Gonzague [3].

Le clocher

La tour carrée est placée au sud hors de l’église et surmontée d’une flèche vertigineuse ornée de deux clochetons à sa base et d'une horloge. Cette tour a maintes fois subit des accidents : refaite en 1476 plus basse que l’originale, elle est incendiée par la foudre en 1530, en 1619, et 1624 [2]. Un nouveau clocher est érigé en 1842 [4] et le 27 décembre 1999, il s’effondre, victime de la tempête Lothar [4].

Mobilier

Vierge à l'enfant (MH).

L’église de Notre-Dame de Cenilly abrite notamment :

  • une Vierge à l’enfant en pierre polychrome du premier quart du 16e siècle, classée monument historique à titre d'objet en 1977 [5].
  • un ciboire, un calice et sa patène (18e s.) aussi classés
  • des statues de saint Clair, sainte Anne et saint Sébastien
  • un tableau de l'Assomption (18e s.) provenant du retable démonté
  • les fonts baptismaux en granite du 17e s.

À l'extérieur, sur le mur sud, on peut voir une statue de saint Mamès tenant ses entrailles (15e s) ; saint Mamès est invoqué pour les maux de ventre.

Notes et références

  1. Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours…, vol. 2, 1878, p. 327.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Notre-Dame de Cenilly », Annuaire du département de la Manche, 1955, p. 30- 45
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Victor Ménard, Notice historique : compte-rendu de la bénédiction du calvaire. Liste des souscripteurs, 1901, Saint-Lô, imprimerie Jacqueline, cité par le Caoa (lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 « La nouvelle flèche de l’église Notre-Dame de Cenilly », Patrimoine normand, n° 40, 31 janvier 2008.
  5. « Notice n°PM50000780  », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture.

Liens internes

Liens externes