Saint-Pierre-d'Arthenay

De Wikimanche

Saint-Pierre-d'Arthenay est une ancienne commune de la Manche.

Toponymie

Attestations anciennes

  • ecclesia de Artenaio 1236 [1].
  • [abl.] Artenaio 1253 [2].
  • Artenei ~1280 [1].
  • Saint Pierre de Arthenay 1333 [3].
  • Saint Pierre d'Arthenay 1341 [1].
  • Arthenay 1351/1352 [4].
  • S. Pierre d'artenay 1620 [5].
  • S:Pierre d Artenay 1635 [6].
  • St. Pierre Dartenay 1612/1636 [7].
  • Arthenay 1648 [8].
  • S Pierre d Artenay 1653 [9].
  • St Pierre 1667 [10].
  • St Pierre d'Artenay 1677 [11].
  • S. Pierre darteney 1689 [12].
  • S. Pierre d'Artenay 1709 [13].
  • St Pierre d'Artenay 1713 [14].
  • S. Pierre 1719 [15].
  • S. Pierre d'Artenay 1735 [16].
  • S. Pierre 1751 [17], 1758 [18].
  • St Pierre d Arthenay 1753/1785 [19].
  • Saint Pierre d'Arthenay 1793 [20].
  • Saint-Pierre-d'Arthenay 1801 [21].
  • Saint-Pierre-d'Artenay 1802 [22].
  • St.-Pierre-d'Arthenay 1804 [23].
  • St Pierre; St Pierre D’Arthenay ~1823 [24].
  • St-Pierre-d'Arthenai 1828 [25].
  • S.-Pierre-d'Arthenay 1829 [26].
  • St.-Pierre-d'Arthenay 1830 [27], 1837 [28].
  • St Pierre d’Arthenay 1835/1845 [29].
  • Saint-Pierre-d'Arthenay 1878 [30].
  • Arthenay 1903 [31].
  • St-Pierre 2018 [32].

Étymologie

Le nom primitif de la localité est Arthenay, seule forme attestée au 13e siècle (forme latinisée Artenaium, forme romane Artenei). La dédicace de l'église paroissiale à saint Pierre ne se manifeste dans les textes qu'au premier tiers du 14e siècle (Saint Pierre de Arthenay), bien que l'existence d'une église soit avérée depuis 1236, et probable depuis le 11e ou 12e siècle.

Arthenay est un toponyme gallo-romain, formé avec le suffixe gallo-roman -ACU ajouté à un anthroponyme. L'identification de ce dernier ne fait pas l'unanimité chez les spécialistes, quoique les divergences soient minimes.

  • Albert Dauzat [33] n'analyse pas ce nom, qui n'est cité qu'en tant que second élément du toponyme Le Hommet-d'Arthenay. Il propose cependant l'étymologie du type toponymique apparaissant dans les noms d’Artenay (Loiret), Arthenac (Charente-Maritime) et Arthenas (Jura), qu'il explique par le nom d'homme gallo-romain Artenus + -acum, soit implicitement un étymon gallo-roman °ARTENACU, « (le domaine) d'Artenus » [34]. Cette analyse est reprise par Marie-Thérèse Morlet [35], qui omet pareillement Saint-Pierre- / Le Hommet-d'Arthenay.
  • François de Beaurepaire semble être le premier à citer nommément la paroisse de Saint-Pierre-d'Arthenay. Il rend compte du dernier élément du toponyme par Artinus + -acum [1], soit implicitement l'étymon gallo-roman °ARTINACU, « (le domaine) d'Artinus ». Il ajoute par ailleurs un autre représentant de ce type toponymique, à savoir Artenac à Saverdun (Ariège). Le choix d’Artinus (qui doit donc nécessairement comporter un ĭ bref) plutôt qu’Artenus n'est pas clairement expliqué, mais semble reposer sur le fait que ce nom est formellement attesté (ce qui impliquerait alors qu’Artenus ne le serait pas, ce qui n'est pas explicité par l'auteur). Quoi qu'il en soit, cette solution est adoptée sans commentaire particulier par René Lepelley [36].
  • Xavier Delamarre, quant à lui, fidèle à son habitude, préfère voir dans ce type toponymique le nom de personne gaulois °Artinos plutôt que son équivalent gallo-romain Artinus, et donc dans Artenay (Loiret) un toponyme entièrement gaulois °artinācon « (le domaine) d'Artinos » [37]. L'auteur omet à son tour Saint-Pierre- / Le Hommet-d'Arthenay.
  • Sur la foi de certaines attestations anciennes (Arteniacus, Arteniao) écartées par Marie-Thérèse Morlet, Ernest Nègre propose Artinius + -acum pour Artenay dans le Loiret [38]. Ces formes ne concernent pas Saint-Pierre-d'Arthenay, qui n'est d'ailleurs pas étudié dans son ouvrage. En outre, un étymon de type °ARTINIACU aurait toutes les chances, dans notre région, d'aboutir à °Artigny plutôt qu’Art(h)enay.

Il apparaît dans un premier temps qu'il convient d'écarter l'analyse d'Ernest Nègre, d'ailleurs isolée, qui ne semble pas convenir ici. Pour ce qui est de l'explication par Artenus, intialement proposée par Dauzat puis Marie-Thérèse Morlet, elle doit être considérée avec méfiance, étant donné le manque d'attestations claires du nom sous cette forme. On connaît certes le gaulois Αρτεινος / Arteinos [39], mais la quantité de la voyelle ne semble pas convenir. Il paraît donc préférable s'en tenir à Artinus (voire °Artinos), apparemment mieux documenté.

Le nom de personne gaulois °Artinos (d'où le gallo-romain Artinus) est un dérivé diminutif en -in-os du gaulois artos « ours » < indo-européen °r̥tko-s (cf. latin ursus < °orcsos, grec άρκτος / árktos).

Histoire

Elle fusionne en 1831 avec Le Hommet pour former la commune du Hommet-d'Arthenay

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [40], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831
564 525 636 661 695
Source : Cassini

Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1790 Étienne Huault
1791-1792 Louis François Huault
1793-1793 René Leménnicier
.......-....... Étienne Huault ...1793...-...1794...
1795-1796 Étienne Hébert
.......-1797 Jean Desdevises ...1796...
1797-1797 François Leguelinel
1797-....... Charles Rauline ...1798...
.......-....... .......
.......-1808 Nicolas Vaultier ...1800...
1808-1813 Pierre Isidor Germain
1813-1815 Jean Huault
1815-1815 Pierre Isidor Germain
1815-1821 Jean Huault
1821-1830 Jean Crocquevieille
1830-1831 Isidor Germain Delongchamps
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Anne-Marie Corbel 601 communes et lieux de vie de la Manche. [41]
.



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 210.
  2. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 406, § 270.
  3. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, 1864, p. 60, § 9.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 368C.
  5. Damien de Templeux, Description du pais de Normandie, Jean le Clerc éd., 1620 [Archives départementales du Calvados, cote CPL 147].
  6. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  7. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  8. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 6, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  9. Christophe Tassin, géographe de sa majesté, Carte generalle de haulte et basse Normandie, Paris, N. Berey, 1653 [BnF, cote GE DD-5599 (II 6)]; rééd. Jaillot, Paris, 1706.
  10. Guillaume Le Vasseur, Carte générale de Normandie par Guillaume Le Vasseur, Sr de Beauplan, ingénieur ordinaire du roy, 1667 [BnF]
  11. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  12. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  13. 13,0 et 13,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 69b.
  14. 14,0 et 14,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  15. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  16. 16,0 et 16,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 51a.
  17. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  18. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  19. Carte de Cassini.
  20. Site Cassini.
  21. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  22. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. III, p. 203a.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. IV (P-SAJ), an XIII (1804), p. 637c.
  24. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  25. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 378.
  26. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 160.
  27. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. II, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 338b.
  28. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. II, p. 415a.
  29. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  30. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 403.
  31. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  32. Carte IGN au 1 : 25 000.
  33. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Charles Rostaing), p. 354b.
  34. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 30a s.n. Artagnan.
  35. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 26b.
  36. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 148b.
  37. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne (-500 / +500), Errance, Paris, 2012, p. 62b.
  38. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 442, § 7706.
  39. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, Paris, éd. 2003, p. 55.
  40. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  41. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 314

Article connexe