Odet-Julien Leboucher

De Wikimanche

Odet-Julien Leboucher, né à Bourey le 14 juin 1744[1], mort dans cette même commune le 23 septembre 1826[1], est un historien de la Manche.

Biographie

L'enfance

Odet-Julien est encore au berceau quand il perd son père, ancien directeur des postes. Il ne tarde pas à montrer d'heureuses dispositions que sa mère dirige avec soin. Elle le place au collège de Coutances et a le bonheur de l'y voir se distinguer par une conduite excellente et de brillants succès.

L'adolescence

M. Leboucher, son oncle et son parrain, avocat au Parlement de Paris, premier secrétaire de M. de Vanole, intendant d'Alsace, l'envoie terminer ses études au collège d'Harcourt. Doué des plus précieuses qualités de l'esprit et du cœur, il sait gagner l'estime de ses maîtres, de ses condisciples et du directeur, M. Asselin, docteur en Sorbonne. Doué d'une mémoire fidèle et d'une élocution facile, il a une conversation intéressante.

La vie active

M. Bertin, qui aime beaucoup Leboucher, s'empresse de l'appeler auprès de lui dès qu'il est nommé contrôleur général. Odet travaille sous ses ordres avec zèle et talent. Il fait une étude sérieuse de tout ce qui concerne la marine. Lié avec un grand nombre d'officiers de marine (de Sartine, de Grasse, Pontevès-Gien, de la Touche, etc.), il suit avec attention tous les événements de la lutte entre les marines anglaise et française lors de la guerre d'indépendance des États-Unis.

À la Révolution, Leboucher se retire dans sa maison de campagne de Bourey. Il est élu président de son canton et en cette qualité assiste au couronnement de l'empereur en 1804. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur.

Il est officier public de Bourey en 1793, puis maire de 1796 à 1797, puis de 1798 à 1799 et enfin de 1800 à la date de sa mort.

La retraite

Il est élu maire de sa commune. Mais pendant les dernières années de sa vie, il souffre d'attaques de paralysie. Après avoir langui quelques mois, il meurt le 23 septembre, à l'âge de 82 ans.

Son œuvre

Il s'agit de l' Histoire de la dernière guerre entre la Grande-Bretagne, les États-Unis d'Amérique, la France, l'Espagne, et la Hollande. in-4°,1787. Réimprimé en 2 volumes in-8°, 1830.

Son livre fut bien accueilli dans le milieu de la marine. On y voyait une relation fidèle des évènements dans un style vif et clair. Leboucher voulait publier son livre dans l'anonymat et il refusa de le présenter lui-même à Louis XVI. Son protecteur, le maréchal de Castries, présenta le livre au roi qui fit don à Leboucher d'une collection d'atlas et de voyages marqués de ses armes.

M. d'Hector, dans une lettre au chevalier de Marigny, qui avait forcé à se rendre le vaisseau anglais L'Ardent de 64 canons, lui écrit à propos du livre de Leboucher : « J'en regarde la publication comme pouvant être infiniment utile pour conserver dans leur intégrité des faits précieux à l'histoire, et comme devant servir de modèle aux ouvrages de ce genre, par la manière dont les faits sont exposés et le soin qu'a eu l'auteur d'en administrer toutes les preuves. »

Dans son livre, Leboucher s'en prend à « l'extravagance du projet que l'Angleterre avait formé d'envahir le commerce du monde ».

Bibliographie

  • Étienne Le Guélinel, « Odet-Julien Leboucher », Revue du département de la Manche, n° 99, 1983

Sources et références

  1. 1,0 et 1,1 Acte de décès n° 17 - État civil de Bourey
  • Ch. Debrozy et Th. Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d'histoire, Delagrave, éditeur, Paris, 1880.
  • Préface anonyme du livre de Odet Julien Leboucher, 1787.