Michel Brulé

De Wikimanche

Michel Brulé, né à Saint-Lô le 9 mai 1932, est une personnalité économique de la Manche, sondeur de profession.

Biographie

Fils de Raymond et Hélène Brulé [1], il suit les cours de Jean Stoetzel à la Sorbonne [2].

Il commence sa carrière en 1956 à l'IFOP, dont il est successivement chargé d'études, chef de département, puis directeur des études politiques et sociologiques [3]

Il accompagne ainsi le développement des sondages politiques, en particulier lors de la première élection présidentielle au suffrage universel, en 1965 [3], et inaugure avec Europe 1 les estimations en temps réel du résultat des scrutins [4].

Il quitte l'IFOP en 1970 pour fonder, avec Jean-Pierre Ville, l'Institut BVA (Brulé, Ville & Associés) [2]. Il poursuit sa collaboration avec la station Europe 1 en y tenant une chronique régulière sur l'opinion publique [3].

Il préside le syndicat professionnel, le SYNTEC, et participe à ce titre aux négociations avec la CNIL sur l'application de la loi de 1978 [2].

Il quitte BVA en juin 1995.

Il est administrateur de Contribuables associés.

Il tient une chronique de l’opinion intitulée « Le moral des Français » dans la revue Sociétal [3].

Il est résident secondaire à Agon-Coutainville.

Il est le frère de Jean-Pierre Brulé, PDG de Bull de 1972 à 1981.

Publications

  • L'Empire des sondages - Transparence ou manipulation, éd. Robert Laffont, 1988
  • Service public : sortir de l'imposture (avec Michel Drancourt), éd. Jean-Claude Lattès

Notes et références

  1. René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnalités remarquables de la Manche, tome 4.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Jacques Antoine, Histoire des sondages, Odile Jacob, 2005.
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 « Michel Brulé », Observatoire de la fiscalité et des dépenses publiques.
  4. « Service public : sortir de l'imposture », senat.fr.