Michel Brulé

De Wikimanche

Michel Brulé, né à Saint-Lô le 9 mai 1932, est une personnalité économique de la Manche, sondeur de profession.

Biographie

Fils de Raymond et Hélène Brulé[1], il suit les cours de Jean Stoetzel à la Sorbonne[2]

Il commence sa carrière en 1956 à l'IFOP, dont il est successivement chargé d'études, chef de département, puis directeur des études politiques et sociologiques[3]

Il accompagne ainsi le développement des sondages politiques, en particulier lors de la première élection présidentielle au suffrage universel, en 1965[3], et inaugure avec Europe 1 les estimations en temps réel du résultat des scrutins[4].

Il quitte l'IFOP en 1970 pour fonder, avec Jean-Pierre Ville, l'Institut BVA (Brulé, Ville & Associés)[2]. Il poursuit sa collaboration avec la station Europe 1 en y tenant une chronique régulière sur l'opinion publique[3].

Il préside le syndicat professionnel, le SYNTEC, et participe à ce titre aux négociations avec la CNIL sur l'application de la loi de 1978[2].

Il quitte BVA en juin 1995.

Il est administrateur de Contribuables associés.

Il tient une chronique de l’opinion intitulée « le moral des Français » dans la revue Sociétal[3].

Il est résident secondaire à Agon-Coutainville.

Il est le frère de Jean-Pierre Brulé, PDG de Bull de 1972 à 1981.

Œuvres

  • L'Empire des sondages - Transparence ou manipulation, éd. Robert Laffont, 1988
  • Service public : sortir de l'imposture (avec Michel Drancourt), éd. Jean-Claude Lattès

Notes et références

  1. René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnalités remarquables de la Manche, tome 4
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Jacques Antoine, Histoire des sondages, Odile Jacob, 2005.
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 « Michel Brulé », Observatoire de la fiscalité et des dépenses publiques.
  4. « Service public : sortir de l'imposture », senat.fr