Marcel Lelégard

De Wikimanche

Révision datée du 1 juin 2010 à 16:49 par 86.215.120.3 (discussion) (Publication importante)

Marcel Lelégard, l'abbé Lelégard, né à Périers en 1925, décédé à Granville en août 1994, est un prêtre catholique et un écrivain de la Manche.

Disciple fervent du poète normannisant Louis Beuve dès son enfance, il entre au séminaire de Coutances en 1944 ; il est ordonné prêtre le 25 mars 1950. Il est vicaire à Villedieu-les-Poêles, puis à Granville de 1950 à 1954 [1]. En 1952, il devient Conservateur des antiquités et objets d'art de la Manche.

Il a régulièrement écrit dans plusieurs revues savantes locales comme la Revue du département de la Manche, Le Viquet, Art de Basse-Normandie et d'autres publications normandes, ainsi que dans l'hebdomadaire La Manche Libre. On lui doit entre autres « Les maisons anciennes de la Manche – Comment les restaurer sans les dénaturer », édité par Manche-Tourisme (1982) qui, bien que ne comptant que 40 pages, a eu une portée internationale.

Il est à l'origine de la restauration de l'abbaye de La Lucerne-d'Outremer et du château de Pirou, qui a été récompensée, en 1970, par la médaille de la Société française d'archéologie.

Ardent défenseur du dialecte normand qu'il pratique depuis l'enfance, il fait partie des fondateurs de l'association Parlers et traditions populaires de Normandie. Il est un des cofondateurs de l'Assemblée normande en 1957 où il célébrait chaque année une messe solennelle en rite coutançais avec une homélie en normand. Il fut aussi l'un des fondateurs du Prix littéraire du Cotentin et le maître d'œuvre de la construction du monument à Fernand Lechanteur de la Pointe d'Agon en 1976.

« Par ses connaissances quasi-encyclopédiques, par sa mémoire prodigieuse (qui lui permettait de citer oralement ses références presque mot à mot), il était un lien irremplaçable entre les divers spécialistes de l'érudition » [2].

« Sa passion pour la Normandie, pour sa langue et pour sa culture, pour son art, du plus simple au plus élaboré, était connue parce que féconde."[3] ».

« Le serviteur d'un pays qu'il aimait tant et le défenseur acharné de son patrimoine... homme de foi, profondèment bon et juste...Marcel Lelégard s'est battu, avec force et conviction, pour ce qui aujourd'hui fait notre patrimoine et la richesse de notre pays[4]. »

Notes

  1. André Dupont, Le Viquet, n° 105, saint Michel 1994
  2. Yves Nédélec, Le Viquet, n° 105, Saint-Michel 1994
  3. Jean Margueritte, La Presse de la Manche, 3 septembre 1994
  4. Jean Aguitton, La Presse de la Manche, 1994