L'Étang-Bertrand

De Wikimanche

L'Étang-Bertrand est une commune du département de la Manche.

Commune de L'Étang-Bertrand Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 27' 53.61" N, 1° 33' 45.14" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Bricquebec
Ancien canton Bricquebec
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Étanchois(es)
Population 339 hab. (2015)
Superficie 8,74 km²
Densité 39 hab./km2
Altitude 9 m (mini) - 81 m (maxi)
Code postal 50260
N° INSEE 50176
Maire Michel Lechevalier
Communes limitrophes de L'Étang-Bertrand
Rocheville Rocheville, Négreville Négreville
Bricquebec L'Étang-Bertrand Morville
Bricquebec Magneville Magneville

L'église Saint-Siméon.
L'église Saint-Siméon.


Toponymie

Attestations anciennes

  • [le moulin de] l'Estanc s.d. (début 13e s.) [1].
  • molendinum de Stagno 1241 [2].
  • [les moulins de] l'Estanc 1278 [3].
  • les borgeiz […] de l'Estanc 1300 [4].
  • Stagnum Bertran 1303 [2].
  • Etang Bertrand 1689 [5].
  • Etang Bertrant ~1700 [6].
  • Etang Bertrand 1719 [7], 1757 [8], 1758 [9].
  • l'Etang Bertrand 1753/1785 [10], 1835/1845 [11].
  • L'Etang-Bertrand 1878 [12].
  • L'Étang-Bertrand 1895 [13].
  • Etang Bertrand 1954 [14].
  • L'Etang-Bertrand 1962 [15].
  • L'Etang Bertrand 1978, 1993 [16].
  • L'Étang-Bertrand 2007 [17].

Étymologie

Ce toponyme commence son existence en tant que lieu-dit : il est attesté sous la forme l'Estanc au 13e siècle, désigne à cette époque une retenue d'eau sur la Douve alimentant un moulin appartenant aux Bertran, seigneurs de Bricquebec. La mention de ces derniers dans le toponyme n'apparaît qu'au début du 14e siècle.

Ce moulin, qui correspond encore aujourd'hui au lieu-dit le Moulin à L'Étang-Bertrand, est mentionné à plusieurs reprises dans les cartulaires de Bricquebec : ainsi, au début du 13e siècle, Robert Bertran donne à la chapelle Sainte-Croix et aux deux prêtres qui la desservent une rente de 22 quartiers de froment, à prendre sur le moulin de l'Estanc, et la dîme des anguilles de la pêcherie de ce moulin [1]. Le 5 novembre 1278, Lucas dit Le Caneluy, de Portbail, vend à Robert Bertran, chevalier, sire de Bricquebec, une rente de 6 boisseaux de froment à prendre sur les moulins de l'Estanc, à Bricquebec [3], etc.

La mention des borgeiz de l'Estanc en 1300 montre qu'à cette époque existait déjà une agglomération, qui prendra petit à petit danvantage d'importance. Elle est assez étendue à partir du 17e siècle pour commencer à figurer sur diverses cartes de la Normandie. Une église paroissiale est créée par ordonnance du 3 juin 1845 dans l'ancienne chapelle Sainte-Croix, qui devient l'église Saint-Siméon-Stylite, et la commune de l'Étang-Bertrand est finalement détachée de celle de Bricquebec en 1895.

La famille seigneuriale des BERTRAN est également à l'origine du nom du chemin appelé la Carrière Bertran, et, dans le Calvados, de celui de la commune de Barneville-la-Bertrand. Ce patronyme est issu d'un nom de baptême médiéval Bertran, du germanique Berhthramn, combinaison des éléments berht- « brillant » et -hramn « corbeau ». La graphie BERTRAND, plus tardive, n’est pas étymologique, mais s’est développée par analogie avec d’autres noms ainsi terminés, tels que Durand ou Amand.

Géographie

Histoire

Commune créée en 1895 par démembrement d'une partie du territoire de Bricquebec. La commune de Rocheville fut créée de la même manière à la même époque.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[18]. En 2015, la commune comptait 339 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [19] et INSEE [20])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
415 339 344
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
331 324 312 284 318 319 323 248 243 205
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
245 264 280 295 315 334 354 365 372 361
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
351 340 339
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires depuis 1938
Période Identité Parti Qualité Observations
1938-1953 Paul Delacotte
1953-1978 Louis Davenet
1978-1996 Jean Castelain
1996-actuel Michel Lechevalier agriculteur en retraite
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Jacques Blin pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [22]
.




Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : La rue
50260 L'Étang-Bertrand

Tél. 02 33 52 37 95
Fax : 02 33 52 19 89

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (10 mai 2012)

Mardi - 15 h - 17 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - 15 h - 17 h
Samedi - -



Religion

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Siméon-Stylite; paroisse créée par ordonnance du 3 juin 1845 aux dépens de celle de Bricquebec. C'était auparavant la chapelle Sainte-Croix-des-Bois [23] du manoir de l'Étang-Bertrand [12].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Saint-Siméon (remaniée au 19e siècle) avec son cimetière : statuaire (début 19e s.).
  • La Dalle (17e s.).
  • La Piletterie.
  • Méandres de la Douve.
  • Ancien camp romain.
  • Stèle à la mémoire d'un aviateur dont l'avion est tombé sur la commune lors de la Seconde Guerre mondiale.

Personnalités liées à la commune

Économie

  • Gisement de baryte.
  • Usine électrique fournissant Bricquebec (fermée).

Bibliographie

  • Jeannine Bavay, « L'Étang-Bertrand a 120 ans ! : Les étapes de l'autonomie - De grandes fermes - Carte de Bricquebec avant la séparation en trois communes - De la chapelle à l'église - Noce et costumes du XIXe siècle - Une histoire millénaire, les gués sur la Douve, la Querrière Bertrand, les fouilles archéologiques récentes... », La Voix du donjon, n° 84, 1er trimestre 2015.
  • « La vie rurale à l'Étang-Bertrand vers 1930 » (photos), La Voix du donjon, n° 87, 4e trimestre 2015.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Léopold Delisle, Les cartulaires de la baronnie de Bricquebec, impr. F. Le Tual, Saint-Lô, 1899, p. 7, n° 34.
  2. 2,0 et 2,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 117.
  3. 3,0 et 3,1 Léopold Delisle, op. cit., p. 10, n° 79.
  4. Coutumes de la forêt de Bricquebec, in Léopold Delisle, op. cit., p. 22.
  5. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  6. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  7. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  8. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 9-15.
  9. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  10. Carte de Cassini.
  11. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  12. 12,0 et 12,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 421.
  13. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  14. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  15. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  16. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  17. Carte IGN au 1 : 25 000.
  18. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  19. Population avant le recensement de 1962.
  20. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. 22,0 et 22,1 « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 368
  23. Capella Sancte Crucis in Nemore au début du 13e siècle (Léopold Delisle, Les cartulaires de la baronnie de Bricquebec, impr. F. Le Tual, Saint-Lô, 1899, p. 7, n° 34); capella Sancte Crucis in nemore de Briquebec en 1273 (ibid., p. 10, n° 36).