Digue-route du Mont-Saint-Michel

De Wikimanche

Arrivée du train au mont Saint-Michel
La digue-route et les parkings au pied du Mont (2010).

La digue-route du Mont-Saint-Michel est une ancienne voie routière de la Manche.

De 1878 à 2015 elle relie le continent au Mont-Saint-Michel et permet ainsi l'accès aux automobiles au pied du site.

Elle est longue de 1,8 km et insubmersible.

Histoire

Elle est construite en 1878 et 1879 [1]. Son objectif, à l'origine, est d'établir « le calme des eaux » et donc de favoriser « le colmatage en arrière et la navigation dans le Couesnon » [1]. Elle est, à l'époque, « fortement plébiscitée localement, d'une part par les exploitants agricoles de la baie, à cause des nouvelles surfaces agricoles qu’elle créera, et d’autre part par les Montois, désireux d’être reliés à la terre » [2].

En 1901 le train emprunte la digue sur un côté, faisant la navette entre la gare de Pontorson alors desservie par la Société des Chemins de Fer de l'Ouest et le mont Saint-Michel. Les rails sont enlevés par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.[3]

Très vite, la digue-route est contestée. On lui reproche, avec la digue de La Roche-Torin, de contribuer à l'ensablement de la baie du Mont-Saint-Michel.

La destruction de la digue-route obtient le soutien de Raymond Poincaré [2]. Un projet de loi est même élaboré en 1930 pour la déclarer d'utilité publique [2]. Mais il n'est pas mené à bien.

Dans le cadre de l'opération de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, sa destruction débute le 20 février 2015, elle est remplacée par un pont-passerelle .

Bibliographie

  • Guy Le Marois, « Les origines de la digue du Mont-Saint-Michel », Les Amis du Mont-Saint-Michel, n° 72, 1966, P. 10-18

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Fernand Verger, Colmatage et génie civil aux environs du Mont-Saint-Michel, Mappemonde, n° 63, mars 2001 (Lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 et 2,2 La digue-route et son utilité publique par projet de loi - 1930 (Lire en ligne).
  3. Conseil régional de Basse-Normandie, service communication, département pédagogique, Le Mont-Saint-Michel rendu à la mer, 1998