William Frederick Cody et la Manche

De Wikimanche
Aller à : navigation, rechercher
Buffalo Bill

William Frederick Cody (1846-1917) est une personnalité liée au département de la Manche.

Buffalo Bill dans la Manche

Affiche du Buffalo Bills Wild West.

Cherbourg, premiers jours du mois de juin 1905. Une grande foule se presse sur les quais. Avec curiosité, elle attend le débarquement d’une tribu de Peaux-Rouges qui doit être le clou du spectacle de la foire internationale.

Impressionnés par cet accueil, les Indiens refusent de descendre à terre. Il faudra les revêtir de vêtements européens pour qu’ils acceptent de quitter leur paquebot.

Les jours suivants, les Cherbourgeois auront tout loisir de faire connaissance avec ces « sauvages » qui sont l’attraction principale d’un cirque de quarante voitures qui s’installe sur la plaine de Chantereyne.

Grâce à la presse locale, les spectateurs savent déjà que le directeur du cirque est presque un enfant du pays. L’homme est un personnage de légende. Il s’agit en effet du fameux Buffalo Bill, le fabuleux tireur du Western américain. On connaît son véritable nom : William Frederick Cody.

Après avoir fait fortune en chassant le bison, l’ex-colonel s’est reconverti en directeur de cirque, le Wild West Show et sillonne l’Europe avec ses Peaux-Rouges qui épatent le bon peuple.

William Frederick Cody, un enfant du pays ? Lui, non, mais ses ancêtres, sûrement. Buffalo Bill est né dans une ferme de l’Iowa en 1846. Deux siècles plus tôt, son arrière-arrière-grand-père avait débarqué sur la côte est du Nouveau Continent d’un bateau en provenance de Jersey. Il portait le nom de Lecaudey. Et ses propres ascendants avaient eux-mêmes fui la Normandie un siècle plus tôt, probablement parce qu’ils étaient huguenots. Ceux-là habitaient dans les environs de Coutances, vraisemblablement à Montpinchon où l’on trouve encore un village de l’Ecauderie et où demeuraient encore des Lecaudey voilà quelques années.

Lors de son passage à Cherbourg et à Saint-Lô en 1905, le colonel Cody ne vint pas se recueillir sur les tombes de ses lointains aïeux de Montpinchon. La petite histoire ne dit pas qu’on avait omis de lui signaler qu’il était alors tout proche de ses racines.

Des racines tout de même assez lointaines ! Néanmoins, les attaches manchoises de Buffalo Bill, pour anecdotiques qu’elles soient, ne relèvent aucunement de la légende.  

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 291454114-7

Plus d’infos

Éditions Eurocibles, Marigny

Lien externe