Vital Lehodey

De Wikimanche

Dom Vital Lehodey, pour l'état civil Alcime Jude Lehodey, né à Hambye le 17 décembre 1857, mort à Bricquebec le 6 mai 1948, est une personnalité catholique de la Manche.

Il est élève du petit séminaire de l'Abbaye Blanche de Mortain de 1871 à 1876[1].

Il est abbé de l'Abbaye Notre-Dame-de-Grâce de Bricquebec de 1895 à 1929.

Quand la Trappe de Bricquebec essaimait au Japon

Dom Vital Lehodey.

Dom Vital Lehodey est une des grandes figures spirituelles de notre département qui rayonna durant plus d’un demi-siècle à la tête du monastère de Notre-Dame-de-Grâce, mieux connu sous le nom de Trappe de Bricquebec, où son souvenir est resté très présent.

Ordonné prêtre à Coutances en 1880, il commence son long ministère dans le clergé séculier, comme vicaire à Tessy-sur-Vire puis à la paroisse Saint-Paul de Granville. Très vite attiré par la vie monastique, il entre à la Trappe en 1890 et y fait profession solennelle cinq ans plus tard, juste avant d’être élu abbé le 7 juillet 1895. Il en devient abbé émérite en 1929 et y meurt le 6 mai 1948, après cinq années de paralysie[1].

Au-delà de son rayonnement spirituel, son très long ministère abbatial est associé à l'implantation des trappistes au lointain Japon dès 1895, à Tobetsu (moines) et à Tenshien (moniales) dans l'île d'Hokkaïdo. Dom Vital Lehodey se rend sur place pour la première fois en 1900. Au final, la Trappe de Bricquebec aura contribué à la fondation de huit monastères, deux d’hommes et six de femmes, sept au Japon et un en Corée-du-Sud.

Le peintre Shoji Kimura a laissé de ce saint homme un magnifique portrait.

Dans un ouvrage autobiographique, Dom Vital Lehodey a notamment écrit « J’avais cherché la sainteté de prime abord dans les austérités, et certes elles ont leur prix et nous devons nous y porter avec amour ; plus tard, je crus la trouver dans les voies de l’oraison, dans l’union la plus intime de l’esprit et du cœur avec Dieu, et c’était un réel progrès ; mais maintenant je m’efforce de l’obtenir par la sainte petitesse avec l’obéissance filiale et le confiant abandon. C’est assurément beaucoup mieux. Y a-t-il quelque chose de plus élevé ? Jusqu’ici, je ne crois pas ».

Bibliographie

  • Dom Vital Lehodey, Les voies de l'oraison mentale, Gabalda, Paris, 1906.
  • Dom Vital Lehodey, Directoire spirituel, Abbaye de Bricquebec, 1909.
  • Dom Vital Lehodey, Le Saint Abandon, 1re édition, Editions Amat, 1918 ; 10e édition, éd. Artège, Paris, 2014.
  • Père Irénée Vallery-Radot, La Mission de Dom Vital Lehodey, Les Éditions du Cerf, Paris, 1956.
  • Père Bruno Brard, Dom Vital Lehodey : Abbé de Notre-Dame-de-Grâce de Bricquebec, 1857-1948, Gabalda, Paris, 1973.
  • Frère Michel Niaussat, Frère Vital ou le triomphe de la grâce ; Suivi de Autobiographie originale de Dom Vital Lehodey, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 2007.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Quelques glorieux anciens », Anciens de l'IND, site internet, consulté le 23 avril 2019.(lire en ligne)