Théophile Pelouze

De Wikimanche

Théophile-Jules Pelouze, né à Valognes le 26 février 1807, mort à Paris le 31 mai 1867, est une personnalité scientifique de la Manche, chimiste de profession.

Théophile Pelouze.

Biographie

Son père, Edmond Pelouze, est chimiste et directeur de la manufacture de porcelaine de Valognes. Il est l'auteur de plusieurs manuels techniques. Mais il quitte Valognes pour la célèbre manufacture de Saint-Gobain, près de laquelle Théophile passe son enfance.

Théophile se familiarise d'abord avec les manipulations de la chimie pharmaceutique, à la Fère, chez M. Dupuy, son premier maître, puis à l'École de pharmacie de Paris. Il est nommé interne à la Salpêtrière.

En 1827, le hasard change sa destinée. En revenant d'une visite chez son père, alors employé aux forges de Charenton, il est surpris par une forte pluie. Il hèle le cocher d'une voiture de banlieue. Celui-ci ne s'arrête pas. Théophile saute à la bride du cheval et l'arrête. Le passager de la voiture intervient et fait monter Théophile. Ce passager n'est rien moins que Gay-Lussac ! La conversation s'engage et prend un tour scientifique. Gay-Lussac lui offre de le prendre dans son laboratoire. Il y travaille de 1827 à 1829.

En 1830, il est nommé professeur associé de chimie à Lille. De retour à Paris l'année suivante, il devient répétiteur puis professeur à l'École polytechnique. Il occupe également la chaire de chimie au Collège de France.

Il découvre en 1834 une nouvelle classe de sels organiques : les nitrites. Il réussit à obtenir la synthèse des acides organiques en hydrolysant les nitrites.

En 1836, il se rend en Allemagne et travaille avec Liebig sur la chimie organique. Ils font des recherches sur l'éther oenantique, l'acide tannique, la stéarine, le sucre, etc., et en collaboration avec Frély, Cahours et Gélis, sur une série d'acides végétaux comme les acides, malique, sur le pétrole et la fermentation butyrique.

Il est le premier à réaliser la synthèse d'un corps gras à partir de glycérine et d'un acide et à isoler l'acide tannique. Il prouve que le sucre de betterave et le sucre de canne sont de même nature. Il fabrique le fulmicoton ou nitrocellulose.

Son assistant Ascanio Sobrero découvre la nitroglycérine et un autre étudiant, Alfred Nobel, découvre des explosifs à usage commercial y compris la dynamite.

En 1848, il est nommé président de la Commission des Monnaies. C'est sous sa responsabilité en tant que directeur de l'Hôtel des Monnaies que sont dessinés, gravés et imprimés les premiers timbres-poste français.

En 1850, il prépare pour la manufacture de Saint-Gobain du sulfate de soude raffinée et étudie la fabrication de glaces colorées et anti-reflets.

En 1864, Théophile Pelouze achète le Château de Chenonceaux, que sa femme Marguerite transforme, avec l'aide de l'architecte Roguet, pour lui donner son aspect du XVIe siècle.

Il meurt à Paris le 31 mai 1867.

Hommage

Le nom de Théophile Pelouze est gravé en lettres d'or de 60 centimètres de hauteur et situé au-dessous du premier étage de la Tour Eiffel avec celui de 71 autres savants français.

Une rue de Valognes porte son nom.

Oeuvres

  • Traité de chimie générale analytique, Paris, Librairie de Maison, 1860
  • Mémoire sur les produits de la distillation de acides malique,tartrique,et paratartrique, Paris, Santin, 1836
  • Recherche expérimentale sur la végétation. Rôle des nitrates dans l'économie des plantes. Procédés nouveaux pour doser l'azote des nitrates en présence des matières organiques. Paris, Maillet-Bachelier, 1856

Sources

  • Catholic encyclopedia (1913) New york, Robert Appleton.
  • J.B. Dumas Eloge historique de Jules Pelouze Paris, 1870
  • Encyclopaedia Britannica, eleventh edition, now in the public domain.