Tabur

De Wikimanche

La quincaillerie.

Les Tabur sont une famille de la Manche, originaire d'Avranches.

Elle est à l'origine des enseignes Catena et des bateaux Tabur.

Narcisse, le patriarche

Narcisse Tabur ouvre une quincaillerie à Avranches, en 1904. Progressivement, son entreprise prend de l'ampleur, il rachète des fonds de commerce voisins et devient grossiste [1].

En complément de son magasin de détail place Saint-Gervais (aujourd’hui, la bibliothèque municipale), il fait construire en 1930 un entrepôt de trois étages sur la place Saint-Anselme, face à la basilique Saint-Gervais d'Avranches. Sur le frontispice qui donne sur la rue Saint-Anselme sont gravées les initiales du fondateur : N et T[2]. Achevé en 1939, le bâtiment est abandonné en 1990 et squatté, puis rasé en décembre 2011 [3].

Après la mort précoce de sa femme, il se marie avec Jeanne Josse, qui lui donne quatre enfants, Lucienne, Maurice, Suzanne et Marcel. Jeanne meurt, Narcisse prend une troisième femme, Hélène, qui donne naissance à Jean [1] et Hélène.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le patriarche tombe malade, Maurice est mobilisé et fait prisonnier, et Marcel s'engage dans la Résistance [1], pour laquelle il « sera un agent de liaison efficace » du fait de sa possession d'un permis de circuler en camion automobile [4]. Son épouse et sa fille Suzanne prennent les rênes de l'entreprise [1].

Narcisse Tabur meurt le 20 juin 1944 [1].

Libéré après cinq ans de captivité, Maurice prend la direction de l'entreprise à 29 ans, avec son frère, Marcel. La société se développe dans une région en reconstruction [1].

Puis, au début des années 1950, les deux frères scindent les activités du groupe en deux entités indépendantes [1][2] : Marcel Tabur fonde Tabur Électricité, puis Tabur Marine qui a un certain succès. Maurice Tabur garde quant à lui l'activité quincaillerie du groupe [2].

Maurice, quincaillerie et bricolage

Maurice Tabur crée la marque Catena (chaîne en latin) en 1953. Il s'agit alors du premier groupe d'enseigne de France. Il développe le système de franchises encore balbutiant à cette époque. Le siège de l'entreprise est à Avranches jusqu'en 1960, année du transfert dans de nouveaux locaux à Arnage, près du Mans (Sarthe) [2]. En 1965, elle est la première enseigne française de quincaillerie [1].

En 1975, Michel Tabur, fils de Maurice, entre dans l'entreprise familiale après des études de commerce. Il créé en 1978 la première chaîne de bricolage en France, Bricogite, et devient PDG du groupe Tabur en 1987. Sans descendance, il fusionne son enseigne à l'automne 2002 avec Mr. Bricolage, dont il devient vice-président [1].

Marcel, électricité et nautisme

En 1958, Marcel Tabur décide d'installer Tabur Électricité au Mans, qu'il considère plus central pour commercer dans tout l'Ouest. Il fonde par la suite Tabur Marine. En effet, il s'intéresse avec son demi-frère Jean au plastique avec lequel ils conçoivent de petits bateaux moulés, les Tabur (Sportyak I en 1968, Tabur II en 1971, Tabur III en 1972, et Tabur IV en 1975 [5]). En 1979, Tabur Marine passe sous le contrôle de Bic qui la rebaptise Bic Sports [6].

Entre temps, Marcel acquiert le château de Vaux, dans la Sarthe [1].

Souvenir à Avranches

L'entrepôt de trois étages honni par les différentes municipalités est rasé en sept jours en décembre 2011. Bien qu'il symbolisait le succès des Tabur, l'architecture du bâtiment n'avait pas de valeur particulière. Un immeuble d'habitation et des parkings le remplaceront dans un avenir proche. Le magasin de détail est investi en 1982 par la bibliothèque intercommunale d'Avranches [2]..

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7, 1,8 et 1,9 Julien Bordier, « Les Tabur », L'Express, site internet, 30 avril 2003 (lire en ligne).
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 La Manche Libre, 17 décembre 2011.
  3. Nicolas Thomas, « Sept jours pour détruire le bâtiment Tabur », La Manche Libre, site internet, 6 décembre 2011 (lire en ligne).
  4. « Beaucoudray, l'histoire, la vie... », « Action PTT », Beaucoudray, site internet (lire en ligne).
  5. « Bateau Tabur » (lire en ligne).
  6. « Tabur Électricité passe sous la coupe de la société Sonepar », L'Express.