Saint-Pierre-de-Semilly

De Wikimanche

Saint-Pierre-de-Semilly est une commune du département de la Manche.

Commune de Saint-Pierre-de-Semilly Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 7' 14.31" N, 1° 0' 21.45" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Pont-Hébert
Ancien canton Saint-Clair-sur-l'Elle
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Semillais(es)
Population 444 hab. (2015)
Superficie 4,59 km²
Densité 97 hab./km2
Altitude 78 m (mini) - 174 m (maxi)
Code postal 50810
N° INSEE 50538
Maire Denis Barbey
Communes limitrophes de Saint-Pierre-de-Semilly
Saint-André-de-l'Épine Saint-Georges-d'Elle Bérigny
Saint-André-de-l'Épine,
La Barre-de-Semilly
Saint-Pierre-de-Semilly Bérigny
La Barre-de-Semilly La Barre-de-Semilly Saint-Jean-des-Baisants

L'entrée du village.
L'entrée du village.


Géographie

La commune actuelle de Saint-Pierre-de-Semilly se trouve à environ 5 km à l'est de Saint-Lô. Son territoire, délimité de tous côtés presque entièrement par des routes et un cours d'eau, s'imbrique dans celui de la commune voisine à l'ouest, La Barre-de-Semilly, à tel point qu'il est possible, surtout en y ajoutant d'autres observations, de se demander si ces deux centres ne constituaient pas autrefois une seule et même unité, à la frontière occidentale du diocèse de Bayeux.

L'habitat est un habitat dispersé dans le bocage sous la forme d'une douzaine de hameaux et de "villages" d'importances diverses, mais le principal noyau de peuplement, le "village de Semilly", que l'on dénomme encore Le Bourg, se trouve sur le coteau septentrional d'une vallée orientée Est-Ouest où coulent réunies les eaux de quelques sources qui viennent alimenter deux vastes étangs séparés par une chaussée. Saint-Pierre-de-Semilly domine ces étangs et se trouve ainsi placé au commandement d'un passage obligé de la voie Nord-Sud qui, venant d'Isigny, menait à Torigni puis à Vire, à égale distance (700 m environ) de la route de Saint-Lô à Bayeux, au Nord, et de "l'ancien chemin de Saint-Lô à Caen" ou de "l'ancienne grande route de Caen", selon les cadastres, au Sud. Différents indices montrent que plus anciennement, avant l'établissement des étangs et de la chaussée, la voie traversait la vallée à gué au même endroit. À partir de ce passage, une voie en cavée escalade le coteau méridional, passe auprès du "hameau du gibet" et rejoint l'ancienne route de Caen qui forme la frontière de Saint-Pierre-de-Semilly au Sud en longeant Le Parc.

Hormis la disposition particulière de l'ensemble territorial formé par les deux communes voisines et la présence de toponymes significatifs, l'ancienneté de l'occupation de tout ce secteur est attestée par la découverte de monnaies gauloises à La Barre-de-Semilly, la présence attestée par la tradition de deux cimetières, dont un très vraisemblablement antique, l'un à l'Est, l'autre à l'Ouest de Saint-Pierre, la mise au jour, dans Saint-Pierre même, à l'occasion de la construction du presbytère, de nombreuses substructions et monnaies du Haut-Empire, et la présence, dans les collections du Cabinet des Médailles, d'un tiers de sou d'or mérovingien frappé à Semilly.

Histoire

Les premiers seigneurs de Semilly

Sceau de Guillaume de Semilly.

On connaît plusieurs Semilly depuis 1056, agissant dans l'entourage du duc, dans celui de l'évêque de Bayeux, dans celui du vicomte du Bessin, ou bien comme parents de la famille des du Hommet, connétables de Normandie. Ils possèdent des terres en Cotentin, disposent, on l'a vu, de l'église de La Barre-de-Semilly, se déclarent seigneurs d'Aunay et sont parmi les bienfaiteurs privilégiés de Notre-Dame d'Aunay, mais à aucun moment, et en dépit d'un texte qui serait conservé dans les archives de la famille de Mathan et qui permettrait de placer en 1096 la construction du premier château, on ne peut les rattacher directement au château de Saint-Pierre-de-Semilly. Le premier texte où l'on trouve mention de celui-ci est un acte de l'époque de Henri II par lequel Geoffroi de Clinton, shérif du Warwickshire dans les années 1128-1130, camérier et trésorier peu de temps auparavant, concède à un certain Giffard de Lucerna un bien en Angleterre que le frère de ce dernier, Robert, avait déjà tenu "en raison d'un service spécial qu'il avait exécuté pour le dit Geoffroi dans son château de Semilly". On trouve, à 4 km au Nord-Ouest de Saint-Pierre-de-Semilly, une commune nommée La Luzerne, endroit dont sont très vraisemblablement originaires les personnages en question. Le château de Saint-Pierre-de-Semilly serait donc le chef-lieu des possessions normandes des seigneurs de Kenilworth, leur "château familial".

Geoffroi de Clinton devait son ascension à Henri Ier, qui donna des terres en Angleterre à des hommes venus du Cotentin, son domaine antérieur, et fit partie de ce groupe d'hommes que, selon Orderic Vital, "il tira de la poussière" et dont il s'assura ainsi la fidélité. À son tour, il fit bénéficier les membres de sa maison normande de sa faveur et, par exemple, inféoda à Henry de Semilly Radford Semele -qui tient son nom de son détenteur- dans le Warwickshire. On pense généralement que Geoffroi de Clinton, comme il avait édifié dans cette même région les château de Kenilworth et de Brandon , fit construire en pierre le château de Semilly qui présente effectivement des caractères, tant pour ce qui concerne l'implantation que la disposition, très proches de ceux des deux châteaux anglais. Et c'est au fils de Geoffroi que l'on doit, à Kenilworth, le barrage de petits cours d'eau qui encadrent le château et l'aménagement de deux grandes pièces d'eau. La familiarité et faveur du souverain anglais explique sans doute que plusieurs rois (Henri Ier, Henri II et Richard Cœur de Lion) sont dits avoir séjourné à Saint-Pierre-de-Semilly et y avoir daté des chartes (Henri Ier en 1106 et Henri II en 1154).

Quelques éléments historiques

Sur le château
Sceau de Richard de Semilly (1251)

Sans que l'on sache de quelle façon les choses se sont produites -mais en remarquant qu'il en est de même en Angleterre, pour Kenilworth, par exemple, dont Henri II a pris possession aux alentours de 1176, Saint-Pierre-de-Semilly est en la main du roi en 1198, puisqu'à cette date le bailli du Bessin, Guillaume Poignard, rend compte à l'Echiquier de 72 livres pour lui-même et ses associés pour la vente du parc de Semilly, preuve que le fief et ses appartenances qui, selon Stapleton, avaient été concédés par le roi à l'évêque de Bayeux en 1180, avaient été réannexés aux domaines de la couronne.

Le 23 septembre 1199, Thomas Maufiliâtre, qui gardait le château, reçut l'ordre du roi, pour des raisons dont la nature précise nous échappe de le remettre au comte de Chester qui devait le tenir pendant le bon plaisir du roi et fournissait des cautions. Le 11 avril 1203, à Vire, suspect de trahison, Ranulf de Chester dut rendre le château au roi et fournir caution et otages ; avec Robert de Tresgoz, Hugues de Chaucombe fut envoyé à Saint-Pierre-de-Semilly pour en prendre possession, et ayant reçu ordre d'y demeurer avec sa famille et de fortifier solidement la place. Le 8 mai 1203, par lettres patentes datées de Falaise, après avoir reçu des assurances de fidélité et l'engagement de cautions, le roi Jean Sans Terre commande à Hugues de Chaucombe de livrer immédiatement à Ranulf, comte de Chester, le château de Saint-Pierre-de-Semilly. Le fief tomba dans les mains de Philippe Auguste lors de l'annexion de la Normandie et, en 1259, Louis IX le concéda à Richard de Parfouru, à titre de ferme perpétuelle, avec toutes ses dépendances, moulin, four, terres, prés, étangs et les rentes et redevances.

Sur le bourg
Le village actuel de Saint-Pierre-de-Semilly. Le château médiéval est en bas, à droite

Pour ce qui est du bourg lui-même, dont on ignore la date de fondation, beaucoup de pièces de terrain dans l'agglomération portent la dénomination village de Semilly ou le Bourg , et les terres voisines avaient le privilège de franche bourgeoisie, mais, en matière d'attestation textuelle, il faut attendre 1316 et la rédaction du Livre Pelu, registre des revenus du roi dans la vicomté de Bayeux, conservé à la bibliothèque municipale de Bayeux, pour posséder des mentions explicites. Au recto de la page 49, il est question de "Saint-Pierre-du-Chastel", bien différencié de La Barre-de-Semilly, de la "ville de Semilly", du "tenement deu bourgage de Semilly", avec "94 masures et demie et 93 acres et demie et sont les masures en la ville en baille du chastel et les acres joustent la ville", et du "tenement qui est appeley le vilage" dont les habitants doivent, entre autres, des services de boeufs au four et au moulin ou du curage sous la roue du moulin. Cette dualité -village, bourgage-, Lucien Musset l'a montré, se retrouve partout où, au XIIe siècle, un bourg s'est développé.

Il faut signaler également qu'il existait anciennement à Semilly un hôpital qui recevait les pauvres et les passants, et enfin que, jusqu'à une époque récente, une importante foire intéressant toute la région, mais dont on ne peut attester l'origine, se tenait chaque 16 mai dans le village de Saint-Pierre-de-Semilly. On sait -A. Debord a souligné l'importance de ce fait- que le seigneur créant un bourg dote fréquemment celui-ci d'une foire ou d'un marché dont il escompte un profit fiscal. La foire de Saint-Pierre représentait sans doute la continuation d'une pratique plus ancienne attachée à l'existence du bourg et dont on n'a pas conservé d'autre souvenir.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[1]. En 2015, la commune comptait 444 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [2] et INSEE [3])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
471 423 535 503 466 451 493 520 439 397
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
387 362 351 336 338 298 354 318 296 296
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
283 251 277 257 244 195 241 247 254 271
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
307 357 378 401 414 415 417 420 423 436
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
449 447 444
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Qualité
...1791 - 1792 François Lamy
1793 - 1794 Jacques Lemière officier public
1794 - 1795 Nicolas Langlois officier public
1795 - 1797 François Aze
1797 - 1798 Nicolas Langlois
1798 - 1803 Jacques Treffeu
1803 - 1804 Gilles Durand
1804 - 1808 Thomas Aze
1808 - 1816 Gilles Durand
1816 - 1817 Jean-Baptiste Heurtevent
1817 - 1848 Olivier Jean Leguédois cultivateur
1848 - 1855 Pierre Saint Laurent
1855 - 1857 Olivier Jean Leguédois cultivateur
1857 - 1857 Pierre Crocquevieille cultivateur
1858 - 1860 Félix Jean Leguédois
1861 - 1870 Georges de Mathan
1870 - 1874 Toussaint Saint Laurent
1874 - 1878 Georges de Mathan
1878 - 1880 Toussaint Saint Laurent
1881 - 1882 Michel Buot
1883 - 1887 Toussaint Saint Laurent
1887 - 1892 Aimable Buot
1892 - 1908 Pierre Durand
1908 - 1942 Louis de Mathan
1942 - 1943 Aimé Lecoustey faisant fonction
1943 - 1944 Edmond Marie faisant fonction
1944 - 1977 Maurice Herman
1977 - 1989 Joseph Coquoin
1989 - 1995 Michel Lecuqu
1995 - actuel Denis Barbey inspecteur commercial
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Jacqueline Ledunois pour 601 communes et lieux de vie de la Manche, éd. Eurocibles, 2014, p. 594.
À compléter

Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 16 h - 19 h
La mairie (2018)

La mairie (2018)

Adresse : 2 rue du Lavoir
50810 Saint-Pierre-de-Semilly

Tél. 02 33 57 72 41
Fax : 02 33 55 31 28

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (29 août 2012)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - 14 h - 17 h 30
Vendredi - -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Patron (présentation) :
  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Fête patronale :

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

  • Georges 1er de Mathan (1528-1592), gouverneur de la ville et du château de Saint-Lô fait construire l'actuel château de Saint-Pierre-de-Semilly[5].
  • Louis de Mathan (17 e siècle), aménage l'avenue du calvaire[5].
  • Bernardin de Mathan (18 e siècle), fils de Louis aménage les avenues sud et nord[5].
  • Georges de Mathan (1771-1840),selon les inscriptions figurant sur son tombeau dans le cimetière entourant l'église, il est « pair de France, maréchal des camps et armées du roi, commandeur de l'ordre royal de la Légion d'honneur, chevalier de l'ordre royal militaire de Saint-Louis  ». Il aménage le territoire de l'ancien château médiéval en parc[5]. Il est mort le 27 juillet 1840.
  • Jean-Claude Braud (1948), conseiller municipal et général.

Sports

Bibliographie

  • Lucien Musset, « L'église de Saint-Pierre-de-Semilly », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Saint-Lô, 1977, pp. 25-26

Notes et références

  1. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Population avant le recensement de 1962.
  3. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. 5,0, 5,1, 5,2 et 5,3 Dreal de Dasse-Normandie, « Le château, les abords et une partie du village - Saint Pierre-de-Semilly, La Barre-de-Semilly », 2013 (lire en ligne)