Rue Torteron (Saint-Lô)

De Wikimanche

Vue ancienne

La rue Torteron est une voie de Saint-Lô.

Situation

Chargement de la carte...


Située au pied des remparts, elle commence, à l'ouest, au rond-point du 6-Juin qu'elle forme avec la rue de Villedieu, la rue d'Alsace-Lorraine et la rue de la Poterne. Elle se termine, à l'est, au carrefour qu'elle forme avec la rue Havin et la rue Saint-Thomas.

Elle reçoit le passage Torteron et la rue des Fossés.

Histoire

Au XIVe siècle, la rue Bas-Torteron était « une voie longue, très étroite » aux grandes et hautes maisons où habitaient tanneurs, chapeliers, passementiers, couteliers, maréchaux-ferrants et aubergistes, tandis que le haut de la rue, ou « voie qui tend à Torigni », formait le quartier de la Varroquière[1],

Vieille rue commerçante de Saint-Lô, elle est totalement rasée par les combats de 1944.

Lors de la reconstruction, les architectes choisissent de ne rebâtir qu'un côté de la rue pour laisser libre la vue sur l’Enclos. La vocation commerciale est conservée au rez-de-chaussée des nouveaux immeubles dont les étages sont dédiés au logement.

Au bas de la rue Torteron, une plaque commémorant les morts du bombardement du 6 juin 1944 est insérée dans les remparts.

Toponymie

Son nom provient du Torteron, affluent de la Vire désormais canalisée sous la chaussée. Ce toponyme viendrait du mot celte thorte (« bossu, tortueux »), adjectif qualifiant la voie qui allait de la Vire jusqu'au bureau de l'octroi, rue de la Marne), en passant par le carrefour de l'ancien Hôtel-Dieu[1].

Commerces et autres activités

Le Majestic.
  • N° 1 : À Briovère (librairie) [2]
  • N° 17 à 28 : Manufacture de fourrures de Saint-Lô [3]
  • N° 18 : Journal de la Manche (rédaction) [4]
  • N° 25 : Majestic, cinéma (1934-2006), transformé en restaurant
  • N° 27 : Poêles et cheminées de la baie [5]
  • N° 32 : Le Grand Balcon, café-restaurant [6]
  • N° 44 : Edg. Palisson (photographie) [4]
  • N° 45 : Black Bird (bar) [5]
  • N° 59 : Fanny Bar (bar) [7]
  • N° 67 : Denis Fosset (pâtisserie) [8]
  • N° 72-74 : Machines à tricoter E. Lemanceau (1914) [9] ; Lemanceau (mécanicien) [10]
  • N° 89 : Glenn (chemiserie) [11]
  • N° 97 : Marmara Kebab II (restaurant turc) [12]
  • N° 103 : Crédit mutuel (banque) [7]
  • N° 135 : G. Hémery (épicerie générale) [4]
  • Grand bazar normand, devenu Nouvelles galeries en 1920, propriété d'Ernest et Louise Lavalley, repris par leur fils Georges Lavalley en 1932 [13]

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Philippe Bertin et Jean-Paul Viart, Dico cité illustré de Saint-Lô, R&Co, 2013
  2. Art de Basse-Normandie, n° 56, 1er trimestre 1971.
  3. Cherbourg-Éclair, 4 janvier 1925.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Le Journal de la Manche, 1er janvier 1927.
  5. 5,0 et 5,1 Côté Manche, n° 140, 18-24 juin 2014.
  6. « Le Grand Balcon véritable institution saint-loise », Ouest-France, site internet, 2 février 2014 (lire en ligne).
  7. 7,0 et 7,1 Portail des commerces de Basse-Normandie, site Internet, 2000 (lire en ligne).
  8. L'Express, site Internet, 11 janvier 2007.
  9. L'Ouest-Éclair, 1er mars 1914 (voir).
  10. L'Ouest-Éclair, 21 novembre 1920.
  11. Ouest-France, 4 juillet 1986.
  12. Côté Manche, n° 261, 15-21 mars 2017.
  13. « Les Nouvelles galeries : une histoire de famille  », Ouest-France, site internet, 18 janvier 2014 (lire en ligne).

Liens internes

Lien externe