Raymond Fleury

De Wikimanche

Raymond Alexandre Fleury, né à Cherbourg le 4 septembre 1895, mort à Paris (5e arr) le 17 mars 1984, est une personnalité de la Manche.  

Les Ponts-et-chaussées… avant, pendant et après la guerre 

Raymond Fleury, après de brillantes études primaire dans sa ville natale, puis au collège d’Avranches et au lycée de Cherbourg, est reçu à l’École polytechnique en 1919, puis l’École nationale des Ponts-et-chaussées en 1921 [1].

Après un séjour de trois mois en Vendée, Raymond Fleury fait toute sa carrière comme ingénieur des Ponts-et-Chaussées dans le département de la Manche, c’est-à-dire pendant une période ininterrompue de trente ans [1].

Ingénieur, puis directeur des Travaux maritimes à l'arsenal de Cherbourg (19231928), il dirige les constructions immobilières de la Marine nationale [1]. Ingénieur d’arrondissement à Cherbourg (service maritime), Raymond Fleury participe aux travaux d’extension du port de Cherbourg, dans la période la plus active de l’édification de la gare maritime, quais de France et de Normandie, terre-plein des Mielles, dragages de la rade et de la darse (1928-1937) [1]. En 1938, il est nommé ingénieur en chef du département de la Manche [1].

Les destructions de Saint-Lô, des nombreux ouvrages d’art du département et de son long réseau routier lui permettent de donner toute la mesure de ses talents de technicien organisateur [1]. Il installe en août 1944 à Coutances, les services des Ponts-et-chaussées et crée en même temps les premiers éléments du Service de reconstruction qui servent de noyau dur à l’importante délégation départementale du MRU [1].

Le service départemental des Ponts-et-chaussées doit alors faire face, après la destruction totale de ses bureaux saint-lois, de ses documents et archives, à un travail considérable de remise en état des routes, reconstruction de nombreux ponts, des ports, des phares [1]. Il a également et pour le compte du MRU. à reconstruire la voirie des villes et communes sinistrées et y établir tous les réseaux d’eau, des égouts, de gaz, d’électricité, de câbles téléphoniques. Après avoir été nommé à la région Atlantique Sud, il est affecté, en juillet 1959, à la région Normandie, la plus importante de France pour l’activité portuaire comprenant les ports de Rouen, Le Havre, Honfleur, Caen, Cherbourg et Granville [1].

Raymond Fleury peut être considéré comme l’un des grands commis de l’État au service de l’infrastructure qu’il a fallu soit construire, soit reconstruire [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.