Port de Carteret

De Wikimanche

Révision datée du 2 février 2012 à 13:44 par -sandoven- (discussion | contributions) (Port de plaisance)
Le port de pêche.
L'arrivée du Cygne en provenance de Jersey.

Le port de Carteret est un port de la Manche, situé à Barneville-Carteret.

Il est parfois appelé « port des Isles ».

Il se situe dans le havre de Carteret, sur la rive droite de l'embouchure de la Gerfleur, à l'extrémité du cap de Carteret.

Histoire

En 1865, une station de sauvetage est créée.

En 1880, la grande jetée est achevée, ainsi que la digue sud.

En 1881, une liaison est créée avec Jersey.

En 1945, le « petit port », servant d'abri aux pêcheurs par grande marée, est agrandi avec l'aide du 280e bataillon de combat du génie américain stationné à Carteret [1].

En 1995, un nouveau bassin de plaisance de 300 places est créé.

Port de pêche

Une vingtaine de bateaux (chalutiers et caseyeurs) y sont attachés, qui pêchent essentiellement des soles et des raies au chalut, des homards, araignées et tourteaux aux casiers, et des coquilles saint-jacques à la drague [1].

L'ancienne gare maritime de Carteret va être transformée en 2012 en « centre de débarque » [2]. Une salle de pesée va être installée, où chaque bateau devra faire enregistrer sa pêche, par espèces. Une chambre frigorifique sera également aménagée. La dépense est estimée à 205 000 €, financée par le Fonds européen de la pêche (50 %), l'État, la région Basse-Normandie, le Conseil général de la Manche et la municipalicité pour 27 000 € [2].

Port de commerce

La compagnie Manche Îles Express assure l'été des liaisons avec les îles Anglo-Normandes : Jersey (1 h) et Guernesey (1 h 20).

Port de plaisance

Le port de plaisance offre 311 postes en bassin, plus 60 places pour les visiteurs. S'y ajoutent 95 places en échouage.

Il porte le label Pavillon bleu en 2011[3].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Barneville-Carteret, station balnéaire classée, brochure promotionnelle, Office de tourisme de Barneville-Carteret, 1er trimestre 2011, p. 17.
  2. 2,0 et 2,1 Ouest-France, 27 décembre 2011.
  3. pavillonbleu.org, consulté le 2 février 2012.