Polygone de Querqueville

De Wikimanche

Le Polygone de Querqueville est une installation militaire située sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin.

La construction du fort dit « de Querqueville » est ordonnée par le roi Louis XVI en 1786, en visite d’inspection des travaux de la grande rade lors de son seul voyage hors de la capitale (cf. billet du 27 février 2008 « Les fortifications portuaires de Cherbourg et le fort de Querqueville »).

En 1854, une décision ministérielle prévoit la création d’un polygone de tir pour les batteries mobiles de Querqueville, et dès 1895, le ministère de la Guerre décide la construction d’une caserne, sur le site du polygone, destinée à recevoir les troupes coloniales.

À proximité, les Anglais installent un camp d’aviation et des infrastructures pour la mise à l’eau de deux hydravions. Le site est alors cédé à la Marine par le ministère de la Guerre et rebaptisé « caserne Dixmude » en souvenir de la conduite héroïque des marins sur le site du même nom.

L’escadrille d’aviation 101 s’installe sur le site en 1928.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le terrain d’aviation est utilisé par les Allemands, puis par les Américains. Il est rendu aux Français en 1945.

Dès fin 1945, l’École des marins électriciens s’installe dans la caserne Dixmude. En 1950, l’École de sécurité est créée. Cette dernière sera rattachée, en 1951, à l’École des marins électriciens et devient par le fait l’École des marins électriciens et de sécurité.

En 1966, la base est fermée en raison du mauvais état de ses pistes et de la mise en service des installations de Maupertus, autre aéroport de la région situé à l’est de Cherbourg.

En 1970, une décision ministérielle prévoit la construction d’un Centre d'instruction naval à Querqueville.

En 2002, l’École des fourriers y fait son entrée.

En 2014, une grande partie de l'École des applications militaires de l'énergie atomique y est transférée.

En 2016, l'École des mousses de Cherbourg, antenne de l'école des mousses de Brest (Finistère), y est créée à l'été par décision du chef d'état-major de la Marine [1].

Notes et références

  1. « Une école des mousses à Querqueville », Ouest-France, 17 juillet 2015.