Pierre Blanger

De Wikimanche

Pierre Blanger, mort en 1706, est une personnalité catholique de la Manche.

Docteur de Sorbonne, vicaire général de Coutances.

Il fait ses études à la Faculté de théologie de Paris, où il est reçu comme docteur en 1660, au sixième rang, et admis dans la Société de Sorbonne le 27 avril 1662.

En 1663, il est décrit par un collaborateur de Colbert comme ayant « assez d'esprit et de feu, point d'étude, mais attaché à tous les sentiments romains, à cause de M. Leblond, docteur de Sorbonne. Il est auprès de l'abbé de Brienne, mais ne le gâtera pas », c'est-à-dire que Brienne resterait gallican. Pierre Blanger est en effet le précepteur de Charles-François de Loménie de Brienne (1637-1720), évêque de Coutances.

Pierre Blanger vote en 1663 contre l'arrêt du Parlement de Paris défavorable au pape au sujet de l'infaillibilité pontificale.

Un manuscrit anti-janséniste de 1673 le classe parmi les docteurs catholiques romains insignes et forts, illustres et courageux très attachés au Saint-Siège, et très opposé aux jansénistes : il est « très estimé de l'Église, du souverain pontife, de la Faculté et société de Sorbonne. Il a mérité d'être auxiliaire et vicaire général de Monseigneur de Brienne, évêque de Coutances ».

En 1682, Blanger intervient de manière vigoureuse lorsque la Faculté de théologie se prononce sur les quatre articles présentés par l'Assemblée du Clergé. Il se déclare membre soumis du clergé et sujet fidèle du roi ; mais il conclut que « M. le Doyen et M. le syndic seraient priés de faire connaître à la Cour les conséquences fâcheuses que pouvait avoir cette Déclaration de l'Assemblée pour la doctrine, pour la religion et pour l'Etat ; puis il détailla ce qui devait être modifié, ajouté, supprimé, dans le procès-verbal de l'Assemblée ».

Plusieurs docteurs parisiens sont exilés par ordre royal du 21 juin 1682 : Pierre Blanger est envoyé à Villefranche.

Il est l'un des approbateurs d'ouvrages de saint Jean Eudes.

Il meurt en 1706.

Sources

  • Charles Gérin, Recherches historiques sur l'Assemblée du clergé de France de 1682, Paris, Le Coffre, 1869, p. 500.
  • Aimé-Georges Martimort, Le Gallicanisme de Bossuet, Paris, Cerf, 1953.
  • Charles Berthelot du Chesnay, Les Missions de Saint Jean Eudes, Paris, 1967.
  • Yves Poutet, Divus Thomas, 81, 1978, p. 277.