Paul de Gibon

De Wikimanche

Paul de Gibon, né à Redon (Ille-et-Vilaine) le 5 janvier 1863, mort à Grasse (Alpes-Maritimes) le 6 avril 1929[1], est une personnalité de la Manche.

Descendant des ducs de Bretagne

Le comte Paul de Gibon aurait pu prétendre à la couronne ducale de la province voisine : il descend en effet d’Eudon II, un des premiers ducs de Bretagne, vers l’an 1200 [2].

Propriétaire du château de Grainville à Saint-Nicolas-près-Granville, en bordure de la route d’Avranches, ce Granvillais se fait l’historien de sa cité natale et des îles Chausey. Il fonde notamment la revue Le Pays de Granville. Ardent catholique, il anime nombre d’associations religieuses, dont l'Union catholique de la Manche, qu'il préside, et agricoles [2], notamment le syndicat des agriculteurs de la Manche dont il est vice-président[1].

Il laisse aux Archives départementales de la Manche un fonds important sur le port de Granville, ses activités, la Compagnie de navigation trans-insulaire, ainsi que sur l'histoire de Granville et de Jersey.

Il écrit aussi sous le pseudonyme Jacques Doris[1].

Publications

  • Les Catholiques et la presse, impr. Perrin, Avranches, 1900
  • Un archipel normand, les îles Chausey et leur histoire, impr. Notre-Dame, Coutances, 1918 (lire en ligne), réédité éd. L'Encre marine, 2007
  • Études sur le renouveau économique dans le centre et le sud de la Manche, éd. L. Jouan, Caen, 1919
  • « Le port de Granville depuis ses origines », Annuaire de l'association normande, 1910

Hommages

Une rue de Granville porte porte son nom.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Notice de personne à la BnF
  2. 2,0 et 2,1 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier.