Patrice Pillet

De Wikimanche

Patrice Pillet (2015).

Patrice Pillet, né à Cherbourg le 31 janvier 1959, est une personnalité politique de la Manche.

Biographie

Enfant d'Équeurdreville, il suit sa scolarité au collège Raymond-Lecorre puis au lycée Jean-François-Millet, dont il sort bachelier en 1977.

Élève de classe préparatoire au Lycée Chateaubriand de Rennes, il entre à l'École nationale vétérinaire de Toulouse en 1978. Docteur vétérinaire en 1983, il exerce à Sourdeval, puis installe son cabinet à Bricquebec en 1984[1] .

Il préside durant dix-neuf ans Les Persévérants, association gérante de l'école de musique de Bricquebec et de l'harmonie de Bricquebec[1].

Il habite à Saint-Martin-le-Hébert[2], dont il est conseiller municipal de 1989 à 1995[1].

Membre de l'UMP, il est élu conseiller général du canton de Bricquebec le 24 juin 2001[2], succédant à Henri-Louis Védie, touché par la loi sur le cumul des mandats[3].

Réélu au conseil général en 2004, il prend la présidence du Comité départemental du tourisme de la Manche et s'occupe des dossiers culturels.

Il est numéro deux de la liste de droite dissidente aux municipales de 2001 à Bricquebec face à Henri-Louis Védie. Élu, il s'oppose à nouveau au maire sortant aux municipales de 2008[3]. Battu au second tour, avec 31,73 % des suffrages (667 voix) contre 44,81 % (942 voix) à la liste Védie[4], il demeure conseiller municipal. Les élections municipales de 2014 lui sont plus profitables : il s'impose au second tour dans une triangulaire avec 47,33 %, devançant le maire sortant Henri-Louis Védie (43,12 %) et la divers gauche Sylvie Le Bail (9,53 %).

Il est élu maire de Bricquebec lors du conseil municipal du 5 avril 2014.

Patrice Pillet se présente avec Françoise Lerossignol (SE) lors des élections départementales de 2015 dans le canton de Bricquebec. Avec 50,10 % des suffrages, ils arrivent en tête au premier tour, devant les candidats frontistes Florence Gosselin et Emmanuel Regnouf, qui obtiennent 29,62 % des suffrages. Au second tour, ils gagnent avec 69,62 % des suffrages. Il devient l'un des 11 vice-présidents de l'assemblée, chargé de l'agriculture, et du développement économique.

Distinctions

Il est chevalier dans l'ordre du Mérite agricole[1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Page Facebook (lire en ligne).
  2. 2,0 et 2,1 manche.net, site internet.
  3. 3,0 et 3,1 Yann Halopeau, « Bricquebec, prise de becs entre trois listes », Ouest-France, 15 février 2008 (lire en ligne).
  4. Le Figaro, 19 mars 2008 (lire en ligne).