Michel Legoupil

De Wikimanche

Michel Legoupil, né à Cherbourg le 20 novembre 1792 et mort dans la même commune le 28 octobre 1872, est un poète, surnommé le « poète-barbier du Roule ».

Biographie

Seul garçon parmi neuf sœurs, il est mis à sept ans à l'école tenue par l'abbé Lebrun, chapelain de l'ermitage de Bas du Roule, mais préfère souvent marcher dans les chemins creux de la vallée de Quincampoix [1].

Quittant l'école à 15 ans, il travaille comme barbier avec son père, et comme ouvrier en toile [1].

Il commence à versifier, et devant le succès d'estime qu'il rencontre localement, se lance plus fortement dans l'écriture, et devient l'écrivain public de son quartier. Encouragé par Louis Ragonde, il publie des petits poèmes héroï-comiques, La Perruque du poète Chapelain et La Carentanade, puis Le bouquet manqué, L'Heureux songe, Le Trompeur trompé, La Salade, Le Remède contre l'esquinancie, Les Souvenirs de la Glacerie de Tourlaville, La bête mystérieuse, et une foule d'autres pièces, réunies dans un grand in-8° de 310 pages, édité à Cherbourg, en 1865 [1].

Il refuse l'honneur d'entrer à la Société nationale académique de Cherbourg[1].

À l'occasion de la visite à Cherbourg de la Dauphine, la duchesse d'Angoulême, en 1827, il rédige une pétition en faveur de l'édification de l'église Notre-Dame du Roule, pour laquelle la princesse donne mille francs. Il devient ensuite jusqu'à sa mort trésorier de la fabrique. Il est également le promoteur du creusement d'une pompe et la construction d'un lavoir public, et à partir d'avril 1870, de la création de la route de la vallée de Quincampoix [1].

Bibliographie

  • Œuvres poétiques de Michel Legoupil, barbier-tisserand au faubourg du Roule, Impr. Boulanger, Cherbourg

Hommages

Le nom d'une rue près de l'église du Roule à Cherbourg-Octeville lui est dédié.

Notes et références