Michel Cochois

De Wikimanche

Michel Cochois, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 1er mai 1919, mort le 24 mars 2010, est une personnalité de la Manche.

Son père Gustave Cochois se voit confier la direction du Glaneur de la Manche par son propriétaire et 1912, et en acquiert la propriété peu de temps après. Sa mère décède quand il a 6 ans[1].

Élève à Avranches puis à Flers (Orne), il effectue son service militaire de deux années et est mobilisé en juin 1940. Blessé, il est prisonnier jusqu'en mai 1945, et reçoit la Croix de Guerre à son retour[1].

Le journal de son père étant interdit de parution depuis la Libération pour être demeuré actif sous l'Occupation, Michel Cochois fonde l’hebdomadaire La Gazette de la Manche. Confronté au manque de papier et aux problèmes administratifs, le premier numéro ne paraît que le 1er novembre 1947[1]. Il tire lui-même le premier numéro, une feuille recto-verso, à 2 000 exemplaires [2]. Passé à quatre pages, il est imprimé à Rennes et paraît le jeudi soir. Passé à 8 pages et 10 000 exemplaires en 1954, l'hebdomadaire est tiré à partir de 1977 dans l'imprimerie de la zone du Cerisier à Saint-Brice-de-Landelles[1]. Porté par l'apparition de l'offset, il développe le journal pour porter son tirage jusqu'à 25 000 exemplaires dans les années 1980 [2]

Il prend sa retraite en 1982. Son fils Jean-Luc lui succède. En 1992, Ouest-France entre dans le capital de l'hebdomadaire.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 « Le fondateur de la Gazette n'est plus », La Manche libre
  2. 2,0 et 2,1 « Décès du fondateur de "La Gazette de la Manche" », Ouest-France, 26 mars 2010.