Max Bucaille

De Wikimanche

Max Bucaille, né à Sainte-Croix-Hague le 30 juin 1906, mort à Créteil (Val-de-Marne) en 1992, est un artiste de la Manche.

Biographie

Élève au lycée de Cherbourg, puis étudiant à la faculté des sciences de Paris, il devient professeur de mathématiques en Île-de-France[1].

Mobilisé 1939, il est fait prisonnier en Allemagne jusqu'en 1945[1].

Inspiré par Max Ernst, il réalise des collages surréalistes dans les années 1930, et en publie 16 en 1939 dans Les Cris de la fée, alors qu'il avait fait éditer des textes et poèmes[2].

Il rejoint le groupe surréaliste révolutionnaire de 1947 à 1948, est membre du Collège de 'Pataphysique', puis participe au mouvement Phases à partir de 1989 [2].

Il est le frère de Robert Bucaille (1905-1992), également artiste surréaliste.

Publications

  • Images concrètes de l'insolite, le Loup pendu, 1936
  • Les Pays égarés (poèmes), 1937
  • Les Cris de la fée (seize collages), 1939
  • Jean Laude, Temps noir, (collages), 1949
  • Noël Arnaud, L'État d'ébauche (illustrations), 1950
  • Le [Scaphandrier] des rêves (douze collages), 1950
  • Max Bucaille (Deux cahiers de dessin comportant huit gouaches en couleur avec collages), 1953
  • Entre le sommeil et le noir, 1982
  • Gustave Arthur Dassonville, L'Inspiration : conte des temps difficiles (illustration), 1984
  • Géomancie du regard (30 collages), 1985
  • Henri Lavagne, Le Brûlot : un feu qui ne s'éteint pas (collages), 1985

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Nathalie Grunhard, Aubin Pasque et Fantasmagie, in Catalogues des expositions organisées à la Bibliothèque royale Albert Ier, volume 193, Archives et musée de la littérature, 1984, p.35
  2. 2,0 et 2,1 Éphémérides du surréalisme 1906, janvier 2006