Maurice Lucas

De Wikimanche

Maurice Lucas.

Maurice Auguste Lucas, né à Cherbourg le 2 décembre 1880 [1] et mort à Flottemanville le 24 avril 1988 [1], est une personnalité politique et économique de la Manche

Biographie

Ancienne laiterie de Montebourg au Ham.

En 1916, il est appelé au 7e Régiment d'artillerie comme simple soldat [2]. Il termine la Première Guerre mondiale comme sous-lieutenant, en ayant obtenu la croix de guerre.

Ingénieur agricole de formation, Maurice Lucas s'installe comme éleveur laitier à Flottemanville après la Première Guerre mondiale. Il fonde la laiterie de Montebourg en 1935 et en reste président pendant une cinquantaine d'années [2]. Militant dans les instances agricoles, il est adhérent de la Jeunesse agricole chrétienne (JAC) et siège au conseil d'administration de la Fédération nationale des coopératives laitières à partir de 1936. Il est également président du Syndicat fédéral des coopératives laitières de la Manche, du Calvados et de l'Orne (1963-1970) et président (1964-1972) puis Président honoraire de l'Interprofession laitière de Basse-Normandie [3]

Issu d'une famille de notables de la Manche, frère du député de Coutances Octave Lucas, il siège au conseil municipal de Flottemanville à partir de 1925. Il est porté à la tête de la commune en 1941, poste qu'il garde jusqu'en 1978, date de sa démission. Il siège au sein du conseil municipal jusqu'en 1983 [2].

Deuxième de la liste du Mouvement républicain populaire (MRP) qui emporte quatre des six sièges de la Manche, il est élu à la Première assemblée constituante, le 21 octobre 1945, puis reconduit à la Seconde constituante le 2 juin 1946. Comme les trois autres constituants MRP de la Manche, il est élu le 10 novembre 1946 député de la Manche, réélu le 17 juin 1951 et le 2 janvier 1956. Il garde son poste jusqu'en 1958, date à laquelle il est battu par Pierre Godefroy, candidat gaulliste, dans la quatrième circonscription de la Manche.

Vice-président du groupe parlementaire MRP, il siège durant tous ses mandats longtemps à la commission de l'Agriculture et du ravitaillement, puis de l'agriculture. Il est l'auteur de propositions de loi sur l'extension du pari mutuel au concours hippique (25 février 1947), sur le prix des fermages (10 octobre 1952) et pour l'interdictiction des adjudications des meubles et immeubles les dimanches et jours fériés. Il a également siégé à la commission de la presse et à celle du suffrage universel.

Ayant pris sa retraite professionnelle en 1955, il poursuit la décennie suivante à siéger au sein de plusieurs organismes agricoles, et conserve son mandat de maire de Flottemanville jusqu'à sa démission en 1978.

Il a également siégé au bureau de l'Assemblée des maires de France (AMF). Il acquiert le château de Flottemanville-Bocage, où il vivait, en 1920.

Il est le beau-père de Pierre Fernagu, maire de Querqueville [2].

Distinctions

Il est titulaire de la croix de guerre 1914-1918.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Acte de naissance n° 685 - État civil de Cherbourg.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Ouest-France, 25 avril 1988.
  3. Jacques Lafitte et ‎Stephen Taylor, Qui est qui en France, 1977.

Source

  • « Maurice Lucas », Biographies des députés de la IVe République, site de l'Assemblée nationale

Lien externe