Marcel Hodiesne

De Wikimanche

Marcel Hodiesne.

Marcel Hodiesne, né à Flers (Orne) le 18 avril 1898, mort à Auschwitz-Birkenau (Pologne) le 2 décembre 1942, est un résistant de la Manche.

Il milite au Parti communiste. Lors des élections cantonales de 1937, le Parti Communiste Français le présente comme candidat au Conseil général dans le canton d’Avranches, où il obtient 99 voix sur 2543 votants. Sous l’occupation, actif au sein du PC clandestin, il participe à la confection et à la distribution de journaux et de tracts.

Au moment de son arrestation,Marcel Hodiesne est déclaré chômeur et domicilié 21, rue Delaville à Cherbourg.

Le 18 septembre 1941, le préfet de la Manche signe l’arrêté ordonnant l’internement administratif de Marcel Hodiesne. Il s’agit d’une mesure automatique, sans nécessité de preuve.

Le 19 septembre, Marcel Hodiesne est appréhendé par le commissaire de police centrale de Cherbourg ; dans la même période que Louis Hamel, de Cherbourg, Léon Truffert, de Tourlaville, Léon Lecrées, d’Équeurdreville, et Charles Mauger, d’Octeville. Il est écroué à la maison d’arrêt de Cherbourg en attendant son transfèrement au camp français de Gaillon (Eure).

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande en application d’un ordre de Hitler.

Du camp allemand de Royallieu près de Compiègne (Oise), il est déporté au camp d’Auschwitz-Birkenau le 6 juillet 1942. À bord du convoi se trouvent également Aumont, Bonnifet, Breton, Cadiou, Cardin, Cariou, Datin, Doucet, Fouquet, Hamel, Lebreton, Édouard et Maurice Lechevalier, Lecrées, Leriche, Levaufre, Longle, Marie, Mauger, Michel, Morin, Passot, Paouty, Picquenot, Richard, Siouville, Truffert.

Arrivé à destination, il est enregistré sous le numéro 45664.

Il y meurt le 2 septembre 1942.

Source

Lien interne