Métathèse

De Wikimanche

Une métathèse est un accident phonétique que l'on peut constater dans certains toponymes, hydronymes et termes dialectaux de la Manche.

Définition

La métathèse est une permutation accidentelle de sons dans un mot. Dans l’histoire du français et de ses dialectes, les métathèses les plus fréquentes affectent les sons [l] et [r] qui permutent volontiers, soit avec une voyelle contiguë, soit avec une consonne proche : le mot français fromage représente ainsi la métathèse d’un plus ancien formage [1], forme conservée dans certain parlers normands. L'adjectif correspondant au substantif métathèse est métathétique.

Dans la toponymie et l'hydronymie de la Manche

Voir l'article consacré à chacun des noms ci-dessous pour un commentaire étymologique approfondi.

Métathèses attestées

Dans un certain nombre de cas, on constate une évolution métathétique dans la succession des formes anciennes d'un toponyme ou d'un hydronyme :

Métathèses hypothétiques

Une métathèse a été invoquée par certains auteurs pour expliquer l'origine de toponymes posant un problème d'interprétation. Les étymologies suivantes ne sont cependant pas admises par tous :

  • Ardevon : François de Beaurepaire [38] a fait l'hypothèse pour ce nom d'un toponyme gaulois °Eburodūnon, composé des éléments eburo- « if » et dūnon « lieu clos, fortifié; hauteur fortifiée; agglomération », et attesté plusieurs fois en France. Il lui est cependant nécessaire de postuler une cascade de métathèses Eburodunum > °Evrodunum > °Ervodunum > °Arvodunum > °Ardevo(ne), certes possible mais néanmoins hypothétique.
  • Beuvrigny : Ernest Nègre [39], grand consommateur de métathèses implicites, propose pour ce toponyme un nom de personne germanique Berwin impliquant une possible évolution Berw- > Bewr-, d'où le sens de « domaine rural de Berwin ».
  • Blosville : Ernest Nègre [40] rattache ce toponyme à un nom de personne germanique Bolso, pour lequel il faut supposer une métathèse Bolso > Bloso, d'où le sens de « domaine rural de Bolso ».
  • Brainville : Ernest Nègre [41] estime que ce nom repose sur Berinus, forme latinisée d'un nom d'homme germanique Berin, au prix d'une métathèse implicite Berin- > Brein-.
  • Bréville-sur-Mer : assimilé par Ernest Nègre [42] au type Berville. L'auteur voit dans le premier élément le nom de personne germanique Bero, pour lequel il pose implicitement une métathèse Ber- > Bre-. René Lepelley [43] adopte également cette solution.
  • Carneville : ce nom d'interprétation difficile pourrait éventuellement reposer sur un anthroponyme scandinave hypothétique °Kǣrandi ayant subi une métathèse °Kǣrandi > °Kǣrnadi.
  • Cerisy-la-Forêt : François de Beaurepaire [4] envisage pour ce nom, entre autres solutions, une proto-forme gallo-romane °CESARIACU dérivée de Cesarius, soit « (le domaine) de Cesarius ». Dans cette hypothèse, la forme °CESARIACU aurait subi une métathèse aboutissant à °CERASIACU > Cerisy. Cette explication a également été reprise par René Lepelley [44].
  • Champcervon : représente sans doute l'ancien normano-picard camp °servour « champ supérieur, champ d'en haut », issu d'une métathèse de °sevrour, puis °sevroux, du gallo-roman °SUPERIORE.
  • les Pierres pouquelées, monument mégalithique situé à Vauville : ce nom représente vraisemblablement une métathèse de Pierres couplées, toponyme attesté ailleurs.

Dans le vocabulaire dialectal de la Manche

  • burnéte, métathèse de l'ancien français brunete, qui a désigné une étoffe teinte, fine et recherchée, de couleur presque noire, portée autrefois par les gens de qualité. Voir Inventaire après décès à Saint-Pierre-d'Arthenay (1333).
  • forment, fourment « blé, froment » < ancien normand forment, métathèse de froment.

Notes et références

  1. Ce mot est issu du gallo-roman °FORMATICU, dérivé du latin formare « former, mouler »; il s'apparente au nom de la fourme (d'Ambert ou d'ailleurs) < latin forma « moule ».
  2. 2,0 et 2,1 Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XIII (juin 1963), § 309.
  3. Forme ainsi transcrite par François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 70.
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 4,4 4,5 4,6 4,7 et 4,8 François de Beaurepaire, op. cit., loc. cit. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « NCM » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  5. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620]
  6. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  7. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  8. Carte de Cassini.
  9. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  10. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  11. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 407, § 214.
  12. Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p. 73b.
  13. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 473.
  14. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  15. Confirmation par Richard II d'une charte présumée perdue de Guillaume Longue-Épée, datant de 933/942; cf. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 21, § 8 et n. 11.
  16. Marie Fauroux, op. cit., p. 161, § 49.
  17. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 142C, 149C.
  18. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 154A.
  19. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 170A.
  20. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  21. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 61a.
  22. Cette première forme repose elle-même sur la métathèse du gallo-roman FABRICAS « forges ».
  23. Ibid., p. 155a.
  24. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 314a, § 1147.
  25. 25,0 et 25,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 347A. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « PDC » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  26. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  27. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 328, § 147.
  28. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 381A.
  29. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  30. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  31. 31,0 31,1 31,2 et 31,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 128.
  32. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 322C.
  33. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 377F.
  34. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 292.
  35. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 368F.
  36. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 22, § CXLII.
  37. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 678.
  38. François de Beaurepaire, op. cit., p. 69.
  39. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 760, § 12867.
  40. Ernest Nègre, op. cit., t. II, 1991, p. 928, § 16557.
  41. Ernest Nègre, op. cit., p. 929, § 16589.
  42. Ernest Nègre, op. cit., p. 930, § 16597 et 16598.
  43. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 79a.
  44. René Lepelley, op. cit., p. 89a.