Louis Pinson

De Wikimanche

Louis Pinson, né à Genêts en 1917, mort en 1993, est un résistant et historien de la Manche.

Au début de l’occupation, Louis Pinson est instituteur à La Haye-Pesnel. Rassemblant des patriotes sous l’égide du Parti communiste clandestin, il œuvre ainsi à la création du Front national pour la libération et l’indépendance de la France, à l’instar d’autres enseignants, actifs avant la guerre au sein du syndicat SNI et des comités antifascistes, comme Jean Lamotte d'Airel, Jean Michel de La Glacerie, Juliette Defrance d’Équeurdreville, Georges Martin de Gatteville, Roger Monnerie de Romagny

Lors de l’été 1941, c’est par lui qu'André Defrance rencontre Michel Thomann, permettant l’implantation d’un important groupe du FN dans le sud de Granville constitué de partisans venus de divers milieux.

Nommé directeur du cours complémentaire de Brécey en 1942, il poursuit son action résistante à la tête d’un groupe FTP et participe activement aux combats de la Libération. Arrêté par les Allemands le 28 juillet 1944 comme « Terrorist », il parvient à s’évader, échappant ainsi à une très probable condamnation à mort.

Personnalité très connue du monde enseignant dans la Manche, Louis Pinson est aussi l’auteur avec André Debon de « La résistance du bocage » (paru en 1988), ouvrage de référence sur l’impact de la Résistance dans la Manche et en particulier, sur son rôle au sud du département dans la réussite du débarquement de juin 1944.

Distinctions

  • Médaillé de la Résistance.
  • Officier des Palmes académiques.

Hommage

L’école de Brécey où il a enseigné porte son nom.