Louis Fouilleul

De Wikimanche

Louis Fouilleul, né à Saint-Symphorien-des-Monts en 1907, mort en 1983, est une personnalité syndicale de la Manche.  

Le défenseur des bouilleurs de cru

Sauf à lire l’excellent livre Bouilleurs de cru et rats de cave d’Hippolyte Gancel et Jacques Le Gall, on a peine aujourd’hui à imaginer ce que furent les luttes, parfois violentes, des bouilleurs de cru pour la défense de leurs privilèges, notamment dans le sud de la Manche. Parmi ceux qui animèrent le mouvement des milieux paysans contre les « commis du fisc » se détache la figure de vieux lutteur de Louis Fouilleul, éleveur réputé de Villechien [1].

Militant syndicaliste au sein de la « défense paysanne » et de la FFA, il se révèle très tôt comme un tribun de talent dans les nombreux meetings qu’il organise à travers les communes rurales de l’Avranchin et du Mortainais [1].

Ami de Henri Dorgères, le leader des « Chemises vertes » d’avant-guerre, Louis Fouilleul a le don d’enflammer ses auditoires dès qu’il prend la parole sur ces mots restés fameux : « Paysans, l’heure est grave ! » [1]. Cet ardent défenseur de l’agriculture traditionnelle et de la « classe paysanne » est membre de la Chambre d'agriculture de la Manche et du bureau national de la Fédération des bouilleurs de cru [1].

Il est candidat sur les listes du CNIP en 1951 et 1956. Non investi par le CNIP en 1958[2], il se présente en tant que bouilleur de cru aux élections législatives dans la Deuxième circonscription de la Manche. Il arrive en troisième position au premier tour, recueillant 24,26 % des suffrages [3].

Aux élections législatives anticipées de novembre 1962, il se présente comme suppléant du député sortant, Pierre Hénault (CNIP). le binôme perd face au gaulliste Émile Bizet [2].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, t. 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier.
  2. 2,0 et 2,1 Jean Jolly, Dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958, La Documentation française
  3. Jean Quellien, Les Élections dans la Manche, éd. Ocep, 1973.