Louis Delaporte

De Wikimanche

Louis Delaporte, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 22 octobre 1874, mort à Wollau (Allemagne) le 24 février 1944, est une personnalité scientifique de la Manche et un résistant.

À la découverte des civilisations disparues

Issu d’une famille de commerçants, Louis Delaporte fait de brillantes études à l’université d’Angers, à l’Institut catholique de Paris et à l’université de Fribourg. Après ses licences de lettres et de mathématiques, il obtient les diplômes de l’École des Hautes Études et de l’École du Louvre. Il devient un des meilleurs orientalistes de France et accéde à la notoriété dès 1904 en publiant l’Apocalypse en sahidique (dialecte de Thèbes). Il est chargé en 1910 de l’étude des cylindres-cachets orientaux du Louvre (plus de deux mille objets répertoriés !).

Alors qu’il est chargé de cours d’assyro-babylonien à l’Institut catholique, il effectue plusieurs missions de fouilles en Syrie, en Turquie, au Liban et en Palestine. Ce grand spécialiste des langues sémitiques s’intéresse aussi durant de longues années à la civilisation hittite dont il étudie la langue d’origine aryenne. En 1923, il publie un ouvrage essentiel sur la Mésopotamie. On lui doit encore des Essais philosophiques sur les géométries non euclidiennes.

La carrière de ce grand savant est brutalement interrompue par la guerre. Sa fibre patriote le pousse à s’engager dans les rangs de la Résistance à l’âge de soixante-sept ans ! Pour des raisons demeurées obscures, il est arrêté par la Gestapo le 19 mai 1942 au retour d’un séjour à Saint-Hilaire-du-Harcouët. D’abord incarcéré à Fresnes, il est ensuite déporté dans différents camps. Il y meurt en 1944.

Sa ville natale a honoré sa mémoire en donnant son nom à sa place principale.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541147.