Louis Bonami Dubuisson

De Wikimanche

Louis Bonami Dubuisson, né à Avranches en 1760, mort à Avranches le 13 mars 1830, est un horticulteur de la Manche.

Biographie

À l'âge de 13 ans, il perd son père qui est le jardinier de l'évêque d'Avranches, Mgr Godard-de-Belbeuf, qui devient son protecteur [1]. Très tôt, Louis montre un goût prononcé pour l'horticulture. Il devient l'élève et l'ami du célèbre René Leberriays, auteur du Nouveau Le Quintinie [1]. Dubuisson participe à la composition de cet ouvrage, mais sa modestie l'empêche de faire figurer son nom à côté de celui de son maître. Il se félicite de l'amitié des André et Jacques Thouin, dont il a été l'émule et le condisciple et ces deux horticulteurs distingués l'accueillent avec des égards tout particuliers lorsqu'il les visite [1].

À l'époque de la création d'un jardin des plantes dans chaque département, Dubuisson réunit tous les suffrages et est nommé administrateur de celui créé dans sa ville natale. À cette époque, le goût de la botanique devient général et l'horticulteur instruit y fait de rapides progrès.

Les professeurs de l'école centrale, Perrin et Le Chevalier puisent auprès de Dubuisson des conseils et des renseignements précieux pour leurs cours [1].

Dubuisson est le premier qui inspire dans son arrondissement un goût vif pour l'horticulture [1]. Aux environs d'Avranches, ainsi que dans cette ville, nombre d'arbrisseaux étrangers, de fleurs précieuses qui ornent les serres et les parterres, ont été introduits par lui [1]. Il a donné des renseignements pour conserver les graines des meilleures espèces de légumes et empêcher leur dégénérescence. Il a fait connaître les meilleures espèces de fruits [1]. Malgré les offres importantes venues de Caen et de Rennes, il refuse de quitter le jardin d'Avranches [2].

Malheureusement, Dubuisson passe les dernières années de sa vie dans un triste état, paralysé après une imprudence commise en disséquant un cachalot échoué sur nos côtes [1]. Mais il conserve toutes ses facultés intellectuelles et forme le jeune Bataille qui le remplacera comme directeur du jardin des plantes [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 et 1,8 Annuaire du département de la Manche 1831. Saint-Lô.
  2. Alphonse Osmond, En flânant dans les rues d’une petite ville, impr. Oberthur, Rennes, 1948, p. 209.

Voir aussi