Logis de Montgothier

De Wikimanche

Le Logis de Montgothier.

Le logis de Montgothier[1] est une demeure historique de la Manche, située à Isigny-le-Buat.

Histoire

La seigneurie de Montgothier, apparue au XIe siècle, et divisée en deux entre les XVe et XVIIe siècles, échoit par succession aux Gouin, entre 1653 et 1663.

Jean de Gouin, capitaine du régiment d'Avranches, réunit les deux fiefs, Montgothier et Athys, en 1724, et lance les travaux de construction du corps principal du logis, entre 1722 et 1728. Il y adjoint les communs entre 1728 et 1732.

Blanche Colombe du Quesnoy, arrière-petite-fille de Jean de Gouin, épouse Prudent du Bouëxic de la Diennais en 1804.

Le logis reste longtemps inhabité. Il est transformé en ferme au début du XIXe siècle.

En 1914, le capitaine du Bouëxic a sous ses ordres Paul Vauprès ; de retour de la guerre, le capitaine propose à l'agriculteur un bail rural sur les terres du logis ; ce dernier s'y installe en 1921[2]. Son fils André, né en 1928, prend le relais et la famille sauve le logis de l'abandon.

Paul Vauprès, titulaire de la médaille militaire, plusieurs fois maire de la commune entre 1941 et 1968, accueille Jean-Paul Rouland en juin 1944.

Depuis 1970, le logis est propriété de Denis Gautier-Sauvagnac qui l'a fait rénover, en s'appuyant sur les artisans locaux[3]

Les familles Vauprès et Gautier-Sauvagnac cohabitent de 1977 à 1982, date où les Vauprès s'installent dans les communs rénovés avant de les quitter en 2009[2].

Architecture

L'ensemble s'organise autour d'une cour. Le corps principal, ainsi que les communs qui encadrent la cour arrière, datent de la première moité du 17e siècle [4]. Ils ont été élevés par Jean de Gouin [4].

La façade principale, à la symétrie typique de la seconde moitié du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, est de style Louis XIII. Son rez-de-chaussée surélevé est desservi par un escalier extérieur à double révolution, similaire au château de Ducey. Un avant-corps central, légèrement saillant, est coiffé d'un fronton en arc de cercle, fréquent sur les demeures manchoises, au niveau de la toiture à quatre pans très élevés. Deux cheminées, aux hautes souches, prennent place au dessus de chaque pignon. La façade porte neuf fenêtres hautes, dont l'une, celle sur l'avant-corps, au-dessus de la porte principale, est plus large. Deux lucarnes de chaque côté du fronton éclairent les combles.

La façade arrière comporte également une porte et neuf fenêtres, sans avant-corps, un escalier extérieur à double révolution. Il menait vers un jardin s'étendant jusqu'aux rives de l'Oir. La toiture possède deux lucarnes et une cheminée.

L'intérieur est organisé selon la mode de la fin du règne de Louis XIV, avec cheminées, boiseries et alcôves.

Les communs ont également des façades symétriques, avec deux lucarnes à fronton triangulaire.

La cour, dotée d'un puits, est fermée par un muret et un portail à double grille avec de hauts piliers massifs en pierre.

Protection et valorisation du patrimoine

Il est inscrit à l'Inventaire des monuments historiques (IMH) le 6 juin 1977. Sont protégés : les façades et les toitures du bâtiment principal et des deux bâtiments des communs, l'escalier intérieur avec sa rampe d'appui en bois.[5]

De 1993 à 2007, le terrain attenant accueille les Féériques de Mongothier, spectacle son et lumière à succès.

Visites

Du 1er au 30 septembre 2019, de 10h à 18h30. Contact : 06 22 85 44 91 ou 02 33 59 16 25[2].

Administration

Adresse : Logis de Montgothier
50540 Isigny-le-Buat
Tél. 02 33 48 04 76

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. Le nom de « logis » désigne habituellement dans le sud-Manche la demeure seigneuriale de la paroisse (comme Équilly ou Brécey), plus particulièrement de l'époque Louis XIII.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Montgothier. Une aventure d'amitié », La Manche-Libre, spécial vacances, 17 août 2019.
  3. « Gautier-Sauvagnac, châtelain paternaliste en Normandie », Le Monde.fr, 9 septembre 2007(lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 « Avranches et l'Avranchin », La Manche au passé et au présent, éd. Manche-Tourisme,1984.
  5. Notice n° PA00110435, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.

Lien interne