Liste des colonies de vacances de la Manche

De Wikimanche

Cet article présente la liste des colonies de vacances de la Manche.

Nées en France en 1847, les colonies de vacances pour enfants ont, jusqu'en 1914, un but d'hygiène préventive dans un cadre scolaire. Les enfants viennent surtout des grandes villes. Entre les deux guerres mondiales, on passe de la prévention au sport et les entreprises prennent aussi en charge les séjours . La période 1946-1964 voit l'apogée de la colonie de vacances éducative. À partir de 1965, émergent de nouveaux centres de vacances fractionnés et spécialisés dans certains domaines comme la voile, la randonnée ou l'équitation[1]. La Manche avec ses 355 km de côtes en a accueilli jusqu'à 160 en 1957[2].

Anciennes colonies de vacances

  • colonie du Sénéquet
  • colonie Fénelon
  • colonie de Maisons-Alfort
  • Château Bonheur, pour la commune de Gennevilliers, de 1933 à 2005.
  • Colonies scolaires du 12e arrondissement de Paris, Aubervilliers, Montreuil-sous-Bois en 1907
  • Œuvre des colonies de vacances des écoles publiques de Rouen
  • Villa Marie-Léonie (Le Roc)

Centres de vacances pour enfants

En activité en 2017

  • centre « Élie Momboisse »
  • association départementale des pupilles de l'enseignement public de la Seine-Saint-Denis

Notes et références

  1. Bernard Toulier, Les colonies de vacances en France, quelle architecture ?, In Situ, consulté le 8 février 2018 (lire en ligne).
  2. « Un haut lieu de colonies de vacances en 1957 », Ouest-France, 10 juillet 2018
  3. « Dans les souvenirs des jolies colonies de vacances à Barneville », Le Journal de l'Orne, 8 juillet 2017 (lire en ligne).
  4. « La réouverture d'un centre d'accueil pour migrants surprend à Cerisy-la-Forêt  », francebleu.fr, consulté le 9 février 2018 (lire en ligne).
  5. « La Chronique des Matignon raconte la colo de Champeaux », Ouest-France, 16 avril 2013 (lire en ligne).
  6. « La Lorette : une oasis marocaine dans la lande fermanvillaise », Ouest-France, 12 aoüt 2015 (lire en ligne).
  7. colo-imbranville.fr, consulté le 9 février 2018 (lire en ligne).
  8. egliserusse.eu, consulté le 9 février 2018 (lire en ligne).