Le Chefresne

De Wikimanche

Le Chefresne est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de Percy-en-Normandie depuis le 1er janvier 2016.

  • Prononciation. — API : [lə ʃe'fʁɛ:n]; transcription francisée : le ché-frêne.
Chefresne.png Blason de la commune déléguée du Chefresne
(commune de Percy-en-Normandie)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 54' 12.09" N, 1° 9' 17.74" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Villedieu-les-Poêles
Ancien canton Percy
Intercommunalité CC Villedieu Intercom
Gentilé Chefresnais(es)
Population 305 hab. (2016)
Superficie 11,29 km²
Densité 27 hab./km2
Altitude 115 m (mini) - 228 m (maxi)
Code postal 50410
N° INSEE 50128
Maire délégué Dominique Zalinski
Communes limitrophes du Chefresne
Percy Percy, Montabot Montabot
Percy Le Chefresne Margueray
La Colombe La Colombe, Montbray Margueray

Le grand temple protestant.
Le grand temple protestant.


Toponymie

Attestations anciennes

  • [abl.] Cava fraxino 1155 [1], 1210 [2].
  • Cheiffresne 1213 [1].
  • la parroysse de Chieffrene, eu dyocese de Coustances 1315 [3].
  • parrochia de Chieffresne 1324 [4].
  • la parroche du Chiffrene 1344 [5].
  • Chefresne 1351/1352 [6].
  • Cheffresne 1612/1636 [7], 1677 [8].
  • Chefresne 1689 [9], 1694 [10], ~1700 [11], 1713 [12].
  • Chefrene 1716 [13].
  • Chefresne 1719 [14], 1758 [15].
  • le Chefrêne 1753/1785 [16].
  • Leche Frêne 1793 [17].
  • le Chefresne 1801 [18].
  • le Chefrêne 1804 [19], 1828 [20].
  • le Chefresne 1829 [21], 1854 [22],
  • Le Chefresne 1878 [23].
  • le Chefresne 1889 [24], 1903 [25], 1962 [26].
  • Le-Chéfresne 1972 [27].
  • le Chefresne 1978, 1993 [28], 2007 [29].

Étymologie

Toponyme médiéval précoce (étant donné l'absence initiale d'article), issu de l'ancien français chief fresne, cheif fresne, chef fresne « frêne creux ». Une telle appellation évoquant un arbre remarquable est souvent liée en toponymie à la notion de limite (de domaine, de fief, de paroisse, de juridiction…), mais, si c'est ici le cas, il paraît difficile de préciser de laquelle il s'agissait [30].

☞ Le mot chief « creux » est principalement connu en ancien français sous ses variantes chave (ou peut-être °chaf), relevée chez Wace [31] et cave. Ce mot est issu du gallo-roman °CAVU (du latin cavus « creux »), qui aboutit régulièrement en ancien français à chief, variantes plus tardives cheif, chef. Or il est surprenant de constater que les textes médiévaux ne connaissent que °chaf / chave (réfection semi-savante d'après cavus) et cave (forme savante tirée de cavus). La raison probable en est que ces dernières permettent de résoudre un conflit homonymique, car chief / cheif / chef sont également les graphies du mot signifiant « tête » et « principal », d'une fréquence beaucoup plus élevée, et issu de °CAPU (latin classique caput « tête »). Par contre, le verbe « creuser » connaît les trois variantes chever / chaver / caver (la principale étant toutefois chaver), dont la forme chever est commune avec chever / chiever / ciever « achever, finir », dérivé de chief « tête ». Ce verbe est cependant d'un emploi syntaxique différent : il est en effet le plus souvent intransitif, contrairement à chever « creuser », ce qui permet d'éviter les confusions.

Si l'emploi de chief « creux » et de ses variantes est inexistant dans les textes littéraires, il n'en n'est pas de même en toponymie, où il est mieux attesté : outre Le Chefresne, on citera par exemple le Quédoy, lieu-dit à Flamanville, surplombant l’Anse de Quédoy : il représente l'ancien normano-picard quief doit « ruisseau creux ». On retrouve ce type dans l'Orne sous les variantes Chédouit, hameau à Boucé, et Chédouet, lieu-dit aux Ventes-de-Bourse (ancien français chief duit, chief doit). Il a pour équivalent le type Quévru (quief ru, « ruisseau creux »), attesté dans le Calvados et l'Eure, qui se confond souvent avec le beaucoup plus fréquent Quévrue (quieve rue « chemin creux »), que l'on relève dans le Manche, le Calvados et l'Eure. Il est à noter que Frédéric Godefroy, dans son célèbre dictionnaire de l'ancien français, cite un exemple similaire : une chieve voie sur le chemin de Vrilli (1431) [32], « un chemin creux… », mais le range par erreur sous CHIEF « principal », avec le sens implicite de « voie principale ».

Géographie

Histoire

À l'époque de la Réforme, Le Chefresne devient un centre protestant important et le resta longtemps, ce que l'abbé Lecanu résumait en 1878 en ces termes choisis : « Au XVIe siècle, Le Chefresne se laissa envahir par le protestantisme et n'en est pas guéri : il y a un temple » [sic] [23].

De 1944 à 1947, 1202 soldats américains morts dans les combats pour la libération de Percy et son territoire reposent au cimetière provisoire du Chefresne[33].

Le conseil municipal mené par le maire Jean-Claude Bossard s'affirme en pointe contre le projet de Ligne THT Cotentin-Maine qui doit traverser la commune. Après avoir signé en 2008 un arrêté, que le préfet n'a pu faire invalider, interdisant le passage de la ligne à moins de 500 mètres des habitations de la commune, le conseil municipal démissionne en juin 2012 quand la préfecture les réquisitionne pour la tenue du bureau de vote lors des élections législatives alors que les 10 conseillers avaient voté à l'unanimité le boycott du scrutin pour protester contre le tracé de la THT et un placement en garde à vue du premier magistrat.

Le 1er janvier 2016, Le Chefresne fusionne avec Percy au sein de Percy-en-Normandie.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[34]. En 2016, la commune comptait 305 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [35] et INSEE [36])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
764 710 838 811 876 884 851 832 833 840
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
806 761 799 833 754 738 714 685 626 617
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
588 507 518 547 540 518 506 491 452 320
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
292 264 279 297 300 302 305 311 307 302
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
297 298 307 305
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1793-1793 Dominique Le Brun
.......-....... .......
.......-1798 Thomas Larsonneur
1798-....... Dominique Le Brun
1799-1825 François Larigot
1825-1831 Le Masurier
1831-1842 Jean-Pierre Hinet
1843-1852 Gilles Allain
1852-1862 Louis Villain décédé en exercice le 12 janvier 1862
1862-1876 Jean-Jacques Hinet décédé en exercice le 19 décembre 1876
1877-1878 Pierre Levallois
1878-1884 Alexandre Mauduit
1884-1896 Jean-Pierre Larsonneur
1896-1902 Cénéric Pellerin
1902-1905 Jules Bucaille
1905-1910 Émile Meslier
1910-1919 Albert Godard
1919-1937 Désiré Larsonneur
1937-1945 Octave Osmond
1945-1945 Émile Pinel
1945-1947 Octave Osmond
1947-1955 Edmond Bourdon
1955-1983 Auguste Horel
1983-1989 Charles Picot
1989-2001 Alfred Varin agriculteur
2001-2012 Jean-Claude Bossard [38] agriculteur
2012-2016 Dominique Zalinski [39] employée de banque
2016-actuel Dominique Zalinski employée de banque maire déléguée
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Jacky Brionne pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [40]
.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018).

La mairie (2018).

Adresse : Le Bourg
50410 Le Chefresne

Tél./Fax : 02 33 61 17 10
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (28 juillet 2012)

Mardi 9 h - 12 h -
Mercredi - -
Jeudi - 18 h - 20 h
Vendredi 9 h - 12 h -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur du lieu.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

L'église Saint-Pierre
L'église Saint-Pierre : intérieur.
Monument aux morts.
  • Petit et grand temples protestants, avec leur cimetière.
  • Église Saint-Pierre (12e/15e s.) : clocher (1745).
  • Rives de la Gièze et du Tancray.
  • Stèle cimetière américain et allemand ayant accueilli les dépouilles des soldats américains et allemands au lieu-dit « le Chêne Guérin » [41].

Personnalités liées à la commune

Sports

  • Cyclisme : Départementale 1-2-3-4 (en août).

Liens internes

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 100.
  2. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 169b.
  3. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 199b, § 852, n. 3.
  4. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 277, § 148.
  5. Léopold Delisle, Les actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Le Brument, 1871, p. 321, § 180.
  6. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 370G.
  7. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  8. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  9. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, Collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  10. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  11. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  12. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  13. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  14. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  15. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  16. Carte de Cassini.
  17. Site Cassini.
  18. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  19. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 678c.
  20. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 421.
  21. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 156.
  22. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  23. 23,0 et 23,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 396.
  24. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  25. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  26. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  27. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  28. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  29. Carte IGN au 1 : 25 000.
  30. Pour un emploi beaucoup plus net du nom du frêne en tant que marqueur de limite, voir l'article Le Fresne-Poret.
  31. Al fons a deux dragons gisans / En deux chaves pieres dormans, « il y a près de la fontaine deux dragons couchés, qui dorment dans deux pierres creuses »; Wace, Roman de Brut (1150-1155), édition de Le Roux de Lincy, Édouard Frère éd., Rouen, 1836, t. I, p. 360, l. 7712.
  32. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe s. au XVe s., Bouillon, Paris, 1881-1902, t. II, p. 121b.
  33. « Occupation: un état-major allemand à Percy », Ouest-France, 29 juillet 2019.
  34. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  35. Population avant le recensement de 1962.
  36. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Démissionnaire en juin 2012 avec son conseil municipal dans un climat tendu par la construction de la ligne THT Cotentin-Maine.
  39. Élue le 21 septembre 2012 avec 7 voix sur 11.
  40. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 308
  41. Monument commémoratif du Chefresne.

Liens externes