Léon Barbey d'Aurevilly

De Wikimanche

Abbé Léon d'Aurevilly

Léon-Louis-Frédéric Barbey, dit Barbey d'Aurevilly, né à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 28 septembre 1809 et mort dans la même commune le 14 novembre 1876 [1], est un prêtre catholique et un littérateur de la Manche.

Biographie

Sa tombe.

Frère de Jules Barbey d'Aurevilly, Léon d'Aurevilly compose des poèmes et fonde avec Alexandre-Auguste de Berruyer en 1832, le Momus normand, dont il est rédacteur en chef jusqu'à son arrêt, après dix-huit numéros, en juillet 1833. Il publie également dans les journaux royalistes caennais L'Ami de la Vérité et Le Pilote.

Le 18 et 19 mai 1833, une ode à la duchesse de Berry lui vaut un procès devant la Cour d'assises de Caen, dont il sort acquitté.

Pris par la vocation ecclésiastique après la lecture de Sainte-Beuve, il est ordonné prêtre en mai 1838, et devient missionnaire eudiste dans le diocèse de Coutances.

Atteint d'une attaque de paralysie, il entre à l'hôpital de Saint-Sauveur-le-Vicomte en janvier 1872 [2].

Il est enterré, près de son frère, dans le petit cimetière situé derrière le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Publications

  • Amour et haine - Poésies politiques et autres, éd. Dentu, Paris, 1833, in-8 [6 fr.]
  • Sonnets, Impr. de Pagny, Caen, 1836, iri-18, 72 p.
  • Un tombeau, poème inédit, impr. D. Dumoulin et Cie, Paris, 1891
Sur Léon d'Aurevilly
  • Joseph Dauphin, Un poète apôtre, ou le RP Léon Barbey d'Aurevilly, missionnaire eudiste, éd. Delhomme et Briguet, Paris, 1891

Notes et références

  1. Le 15 sur le faire-part de décès.
  2. Jules Barbey d'Aurevilly (présentées par Jacques Petit, annotées par Andrée Hirschi), « Lettres à Madame De Bouglon », Annales littéraires de l'Université de Besançon, Centre de recherches de littérature française, vol. 22, p. 155.