Julien de la Rovère

De Wikimanche

Julien de la Rovère.

Julien della Rovere ou Julien de la Rovère, né à Albisola (Italie) le 5 décembre 1443, mort à Rome (Italie) le 21 février 1513, est une personnalité catholique de la Manche.

Issu d’une famille patricienne de Ligurie, ennemie des Borgia, il est un des nombreux neveux du pape Sixte IV qui s’empresse de le nommer cardinal. Julien Della Rovere se taille vite une grande réputation « d’homme terrible », fin politique émule de Machiavel et homme de guerre ambitieux. En 1484, il fait élire Innocent VIII puis, quand le tristement célèbre Alexandre Borgia accède au trône de Saint-Pierre, il s’exile pendant plus de dix ans [1].

Déjà évêque de Carpentras et archevêque d'Avignon, il obtient le 15 juillet 1476, le siège de l'épiscopat de Coutances en commende, en échange du diocèse de Lausanne. Il se démet de son diocèse en faveur de son neveu Galéas de la Rovère en 1477 afin de recevoir l'évêché de Mende, de plus grand rapport. Il ne met jamais les pieds dans son diocèse de Coutances [2].

Julien Della Rovere est à son tour élu pape le 1er novembre 1503, intronisé le 26 novembre sous le nom de Jules II, après le règne éphémère de Pie III. Sous sa tiare, Rome a droit à un « pontificat armé », pour reprendre l’expression de Daniel-Rops. Il s’efforce en effet de réunifier l’Italie sous l’autorité pontificale en nouant des alliances assez tortueuses, par exemple avec Louis XII pour conquérir Venise. C’est lui aussi qui convoque le dix-huitième concile de Latran en 1512 et qui lance la croisade contre les Turcs [1].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, éd. Eurocibles, Marigny, 2001.
  2. Jean-Ange Quellien, Le Cotentin : histoire des populations, éd. Gérard Montfort, 1983, p. 88.