Jules Touzard

De Wikimanche

Jules-Pierre-Norbert Touzard, né à Méautis le 9 mars 1867 [1] et mort à Paris le 18 décembre 1938, est une personnalité catholique et un photographe de la Manche.

Biographie

Fils d'Auguste-Jacques Touzard, tailleur au Village de l’Église, et de Marie-Victoire-Philomène, née Bucaille, couturière, Jules Touzard entre au collège diocésain de Saint-Lô en 1878. Désirant devenir prêtre après la mort de son père, en 1882, il entre au grand séminaire de Coutances en 1885, puis au séminaire Saint-Sulpice de Paris en 1889, où il reste jusqu’en 1892, tout en étudiant la théologie et les langues orientales à l’Institut catholique de Paris [2].

Il est ordonné à Coutances le 20 décembre 1890 et licencié en théologie en 1891. Suite à son année de « solitude » à Issy-les-Moulineaux, il enseigne la philosophie au séminaire de Bordeaux en 1893 et 1894 [2], et revient au séminaire Saint-Sulpice cette fois comme professeur d’Écriture sainte, d’hébreu et de syriaque jusqu’en 1906 [3].

Il fait paraître des travaux dans la Revue biblique (1897-1900) et collabore au Dictionnaire de la Bible de Vigouroux (1899 et 1903). Il est nommé professeur suppléant d’exégèse à l’Institut catholique de Paris en 1905 et titulaire l'année suivante, le demeurant jusqu’en 1927 [2].

En janvier 1909, il succède à Mgr Graffin à la chaire d’hébreu de cet institut. Sa traduction d'hébreu de l’Ecclésiaste, avec les variantes grecque et latine, et son Livre d’Amos paraissent la même année [2].

Il part 10 mois faire un voyage d'étude scientifique au Proche Orient entre septembre 1911 et juin 1912[2] pour se rendre sur les lieux décrits dans l'Ancien et le Nouveau Testaments[3]. Il en ramène 1 595 photographies (1 543 positifs et 52 négatifs sur plaque de verre ou support nitrate), réalisées avec un appareil photographique stéréoscopique Vérascope Richard pour fixer ses souvenirs [4].

La censure par la commission biblique du Saint-Office le 20 avril 1920 de son article sur « Moïse et Josué » marque la fin de sa carrière scientifique [2].

En 1927, il est nommé curé de la paroisse parisienne de Notre-Dame-de-la-Croix de Ménilmontant, tout en enseignant l'Écriture sainte à la maison des Oratoriens de Montsoult (Val-d’Oise) [2].

Il reçoit le titre de chanoine honoraire de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1929 [2].

Il tombe malade en 1936 et s'éteint deux ans plus tard à la clinique des Frères de Saint-Jean-de-Dieu< ref name=icp/>.

Notes et références

  1. Acte de naissance n° 08.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Exposition vituelle « Qui est Jules Touzard (1867-1938) », Regard photographique sur la Terre Sainte : Jules Touzard 1911-1912, Bibliothèque de Fels, Institut Catholique de Paris, 2009.
  3. 3,0 et 3,1 L'Orient d'un prêtre voyageur - 9 .
  4. « Un photographe méconnu : Jules Touzard » site de l'Institut catholique de Paris.

Biographie

  • Yves Lebrec, Jules Touzard : l'Orient d'un prêtre voyageur, Saint Lô, Archives départementales de la Manche, 2006.